UA-74655322-1

12/01/2011

Une bonne résolution: apprendre l'espéranto

Pour compenser celles que vous avez prises il y a deux semaines et déjà oubliées, je vous propose une bonne résolution à laquelle vous n'auriez peut-être pas pensé sans moi:

Apprendre l'espéranto.


Comme vous le savez sans doute, l'espéranto est une langue créée à la fin du XIXe siècle par un ophtalmologue d'Europe orientale qui souffrait des dissenssions entre les communautés polonaise, russe
zamenhof.jpg, juive et lituanienne qui résidaient dans sa ville de Białystok.
Il a imaginé un système absolument génial et totalement flexible, qui permet de créer le mot dont on a besoin et d'être aussitôt compris. Quelques semaines d'études suffisent à comprendre le principe et, avec un peu de vocabulaire, en quelques mois, on parvient aisément à s'exprimer. Aujourd'hui, la langue a évolué et permet à des milliers de gens de communiquer sur tous les sujets imaginables. Pour preuve, la version en espéranto de Wikipédia compte plus de 139'000 articles et est classée 26e, devant les versions serbe, perse, hébreuse ou bulgare.

Au cours des prochaines semaines et à intervalles irréguliers, je vais essayer de vous initier aux subtilités de cet idiôme. Si vous vous prenez au jeu et que ce rythme ne vous convient pas, je vous suggère de rendre visite à l'excellent site lernu.net, dédié à l'apprentissage de cette langue.


Texte en espéranto
Traduction
Prononciation
Remarques
LA LOĜO EN ĜENEVO LE LOGEMENT À GENÈVE
L'espéranto est une langue phonétique. Toutes les lettres se prononcent et ne donnent qu'un son et inversement. Dans l'exemple le "ĝ" se prononce "dj" (Comme le "j" de "jazz")
/la lodjo én djénévo/
- Les noms se terminent tous par "-o"
- Le seul article est "la". Il s'utilise comme en français. Il n'y a pas d'article indéfini ("un", "une", "des" ne se traduisent pas).
Ĝenevo estas malgranda urbo.
Genève est une petite ville.
Pas de difficulté particulière: "an" se prononce séparément, "u" se prononce "ou" ->

/djénévo éstas malgrannda ourbo/
- Les verbes au présent se terminent par "-as".
- Les adjectifs se terminent par "-a".
- Le préfixe "mal-" permet de créer les contraires.
Multaj homoj loĝas en malgrandaj loĝejoj. Sed malmultaj homoj loĝas en grandegaj loĝejoj.
Beaucoup de gens logent dans de petits logements. Mais peu de gens logent dans d'immenses logements.
"j" se prononce "y", le "h" est aspiré. Pas d'autre difficulté.

/moultay Homoy lodjas én malgrannday lodjéyoy. séd malmoultay Homoy lodjas én granndégay lodjéyoy/
- Le pluriel des noms et adjectifs est marqué par "-j".
- Le suffixe "-ej-" signifie "lieu" (loĝejo = lieu pour loger = logement)
- Le suffixe "-eg-" est augmentatif (grandega = immense)
- On peut former n'importe quel mot en combinant radicaux, préfixes, suffixes et terminaisons.
Pro tiuj, la loĝa problemo estas ĝenevaĵo.
A cause de ceux-là, le problème du logement est une Genferei (genevoiserie ?).
"ĵ" se prononce "j". Dans "tiuj" bien séparer le "i" du "u".

/pro tiouy, la lodja problémo éstas djénévajo/
- Vous aurez remarqué que "loĝ-" peut donner un nom (loĝo = logement), un verbe (loĝas = réside) ou un adjectif (loĝa = du logement, résidentiel). On peut faire cela avec n'importe quelle racine.
- Le suffixe "-aĵ-" signifie "chose" (ĝenevaĵo = chose genevoise = Genferei)


Vocabulaire
La plupart des racines sont d'origine latine ou germanique. Il est donc relativement facile de comprendre le vocabulaire. Cela peut-être traître, car, dès lors que l'on s'exprime, il faut utiliser le mot correct. L'apprentissage du vocabulaire est donc incontournable...

loĝo le logement
en
dans, à
estas
est (suis, es, sommes,...)
granda
grand,e
pro
à cause de
multa
nombreux
urbo
ville
tiu, tiuj
celui-là, ceux-là
homo
personne


En espérant que ces quelques phrases vous auront donné envie d'en savoir plus... A bientôt ! Ĝis baldaŭ !

Commentaires

Il n'est pas exact de dire:
"L'espéranto est une langue phonétique. Toutes les lettres se prononcent et ne donnent qu'un son et inversement."
Il faut se référer à l'alphabet phonétique international (API) pour s'en rendre compte.
Dans l'API, un symbole (ou lettre) correspond à un son; et inversement très rigoureusement.
Ce n'est pas le cas de l'Esperanto.
Son fondateur avait cet objectif en tête, mais il n'a pas réussi à le concrétiser.

La lettre "ĝ" correspond aux deux sons "d" et "j" du français.
Inversement, le son "t" s'il est suivi d'un son "s" peut s'écrire de deux façons soit, "ts", soit "c".

Écrit par : Anouel | 13/01/2011

Peine perdue, l'Eperanto est un flop.

Écrit par : Rapunzel | 13/01/2011

Merci à Anouel et Rapunzel pour leurs commentaires.
Le premier apporte une précision exacte (sinon essentielle). On remarque en effet que "ĝ" aurait dû être remplacé par "dĵ" et "c" par "ts". En revanche, la même bévue ne concerne par le "x" qui n'existe logiquement pas.
Cela révèle les imperfections et les illogismes qui existent en espéranto (pourquoi le pluriel de "li" (il) est "ili" (ils/elles) et non "*lij", par exemple ?). On peut les reprocher à son concepteur et/ou s'émerveiller de la grande cohérence de tout le reste... Question de point de vue !
En ce qui concerne le second commentaire, il cache une telle richesse derrière son apparente pauvreté argumentative que je crois que je vais y consacrer une nouvelle note !

Écrit par : Julien Nicolet | 14/01/2011

Bonjour, saluton,
ce n'est pas parce que le premier commentaire semble plus réfléchi et posé qu'il en est plus exact. C'est un raisonnement totalement francophone de dire que "ĝ" correspond à 2 lettres. Voir le mot "jungle" en anglais, par exemple.

Regardez donc dans d'autres langues que le français, même chose pour le son "c = ts". Ce n'est pas parce qu'en français on a besoin de 2 lettres que ce n'est pas un son correspondant à une lettre ! Regardez par ex. en allemand, en russe etc. http://www.lexilogos.com/russe_alphabet_cyrillique.htm

Je maintiens donc "une lettre = un phonème"
voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alphabet_de_l%27esp%C3%A9ranto

Écrit par : Aleks | 18/01/2011

Dankon, Aleks, pro via komento !
Même si ce genre de débat m'intéresse en tant qu'amateur de langues, je crains qu'il ne dégoûte plus qu'il n'attire le commun des mortels... Car enfin l'espéranto ne peut se résumer à une querelle d'experts sur tel ou tel aspect de sa syntaxe ou de sa phonétique.

Mais bon, je ne résiste pas à ajouter mon grain de sel tout de même...
Un son, deux sons ? De fait, il s'agit de consonnes affriquées (http://fr.wikipedia.org/wiki/Consonne_affriqu%C3%A9e) et moi, en tant que semi-profane, j'ai de la peine à distinguer "ĝ", de "dĵ". De même, je prononce "taksio" exactement comme "taxi" en français...
Et il est très probable que, si Zamenhof n'a pas utilisé le "x", mais a créé le "ĉ", le "c" (et peut-être même le "ĝ"), c'est parce que sa langue principale, le russe, n'a pas de lettre pour "ks", mais dispose de "ч" (=ĉ) et "ц" (="c"). Le serbe, le bulgare et le macédonien ont même la lettre "џ" (="ĝ"). Ainsi on peut supposer que "taksio" (=такси) le choquait moins sur le plan graphique que "tŝeĥa" à la place de "ĉeĥa" (=чешский).

Quoi qu'il en soit, il faut constamment se rappeler, en pratiquement l'espéranto, que toute géniale qu'elle soit, cette langue contient comme les autres - mais à beaucoup plus faible dose - une part d'arbitraire liée à des incohérences de son iniciateur ou à son évolution.

Écrit par : Julien Nicolet | 18/01/2011

Tout à fait, aucune langue n'est parfaite. L'espéranto est une création humaine, comme toutes les langues. Elle est moins irrégulière que les autres langues, mais la perfection n'est pas de ce monde.

Écrit par : Aleks | 18/01/2011

Dans tous les cas, il est bien difficile d'écrire l'espéranto avec le clavier normal de la machine à écrire :comment écrire ce g accent circonflexe par exemple, et ^g g, non je n'y arrive pas... et ce u surmonté d'une petite cuvette,(baldau) que l'on retrouve en roumain, mais eux l'ont sur leur clavier... tout ceci n'étant pas une critique, mais une simple question.

Écrit par : merimetso | 18/01/2011

@merimetso: Justement, l'espéranto convenait parfaitement aux machines à écrire classiques, puisque la touche "^" marquait un circonflexe sans faire avancer le rouleau. Ce qui permettait d'en mettre sur n'importe quelle lettre.
On peut reprocher à Zamenhof de n'avoir pas prévu l'invention de l'informatique de bureau...
Cela étant, ces signes diacritiques ont été intégrés depuis longtemps au système unicode et ce sont les systèmes d'exploitation dominants (windows et MacOS) qui ne sont pas adaptés. Il existe toutefois des programmes permettant de les taper automatiquement.
Comme par hasard, les systèmes d'exploitation libres (en tous cas Ubuntu et Mandriva) intègrent automatiquement ces lettres, ce qui fait qu'en tapant successivement "^" et "c", on obtient "ĉ" sans aucun réglage préalable. Raison de plus pour les installer et les utiliser ! (http://ubuntu-fr.org/)

Écrit par : Julien Nicolet | 19/01/2011

Saluton al ĉiuj :-)

Une petite contribution : non, le ĉ, le ĝ et le c ne sont pas des sons doubles. On peut prononcer "taxi" en faisant une petite pause : [tak-si], sans que cela affecte la sonorité du mot. Mais on ne peut pas remplacer "paco" par [pat-so], "kaĉo" par [kat-cho] ni "ruĝa" par [rud-ja] (je transcris avec les lettres françaises) - les sons seront altérés.

Par ailleurs, dans les langues slaves il existe des sons différents. "Дж" en russe se prononce comme "dj" en français, mais le "дж" en ukrainien somme comme ĝ en espéranto, ce n'est pas le même son. Je suis native des deŭ (russe et ukrainien), je sais de quoi je parle :-) Comme quoi, ce ne sont pas les "défaillances" de Zamenhof, mais des sons vraiment distincts. L'espéranto n'est pas parfait, mais actuellement c'est la meilleure langue construite (car la plus équilibrée entre plusieurs contraintes) et la seule qui a réussi de passer de l'état d'un projet au statut de la langue vivante.

Écrit par : skirlet | 22/01/2011

Les commentaires sont fermés.