UA-74655322-1

12/03/2011

Pathétique et dépassé...

Pathétique et dépassé. Tels sont les adjectifs utilisés par Pierre Ruetschi dans son édito et Laurent Seydoux dans sa Tribune libre (reprise sur son blog) lorsqu'il qualifient le combat des référendaires de la Plaine de l'Aire (TdG du 11.3.11)logotypeWEB.jpg

Loin de se sentir insultés, les militants de l'agriculture de proximité se voient plutôt confortés dans leur position, tant ces qualificatifs sont plus proches de l'invective que de l'argumentation. On cherche d'ailleurs vainement dans ces textes un passage expliquant en quoi le combat pour le maintien et le renforcement d'une agriculture qui assure des conditions sociales décentes, qui garantisse du lien entre les producteurs et les consommateurs et qui ne dépende pas des fluctuations du prix du baril et du bon-vouloir des multinationales de l'agro-alimentaire, serait « pathétique » ou « dépassé »


070819poivrons_small.jpgM. Seydoux a tout à fait le droit d'estimer que transformer 130'000 m2 de terres maraîchères en site industriel, que d'y installer une Arena, un centre sportif et 7718 places de stationnement est de nature à « créer de la qualité de vie » dans un « concept de développement durable » (sic!). Nous ne sommes simplement pas de son avis. En revanche, lorsqu'il affirme que les activités agricoles actuelles «  peuvent prendre place juste à côté, dans une zone agricole spéciale, largement sous exploitée  », il s'agit d'une véritable désinformation. En effet, les contacts qu'ont fini par établir les autorités (Confignon et DCTI) et la coopérative maraîchère concernée (Le Jardin des Charrotons) ont débouché sur la conclusion que, en l'état, il n'y avait pas de relocalisation possible...

Quant à l'édito de M. Ruetschi, quand bien même il reconnaît le manque total de contrôle politique sur la surchauffe économique genevoise, quand bien même il admet que le canton est géographiquement limité, il en tire l'étrange conclusion que refuser de sacrifier les meilleures terres agricoles du canton pour loger moins d'une année de croissance démographique est « pathétique ». Nous aimerions plus de précision sur le sens qu'il prête à cet adjectif tant son emploi nous semble incongru dans ce contexte. Pour la petite histoire, il convient d'ailleurs de rappeler que, sans la pression du référendum, ce sont 1500 et non 3000 logements (chiffres d'ailleurs sans aucune garantie) qui étaient prévus sur ce site....

A deux mois de la votation, on pourrait attendre un peu plus de fair-play, n'est-ce pas ? Un débat d'idées, oui, des mensonges et des invectives, non !

pdpage.png


 

Les commentaires sont fermés.