UA-74655322-1

17/03/2011

Les rois de l'oxymore

logotypeWEB.jpgDu temps de mon innocence, je croyais la gauche pétrie de générosité et la droite farcie de valeurs rigoureuses. La droiture de Suzette Sandoz, la rigueur de Martine Brunschwig Graf, la précision de Jacques-Simon Eggly accréditaient cette conception un peu fleur bleue: Les gens de droite n'ont simplement pas les mêmes opinions que moi, mais qu'importe, vu que, entre démocrates, nous saurons nous écouter et nous respecter.


Depuis quelques mois, dans le cadre de la campagne contre le déclassement des Cherpines, je suis confronté à une série de dérapages qui, malgré toute ma bonne volonté, me font quelque peu déchanter.

On peut citer en vrac le rapporteur de majorité qui rend intentionnellement son rapport en retard (pour repousser le délai référendaire aux vacances d'été) ou le conseiller d'Etat qui annonce dans communiqué avoir fait une proposition qui n'a jamais existé (Il a d'ailleurs été contraint de le reconnaître récemment - voir cette vidéo à la minute 10:15).

Depuis quelques jours, une manifestation étrange de cette propension a vu le jour sur Internet. Il s'agit d'un site clairement mensonger et manipulateur qui, dans l'anonymat le plus complet, reprend l'idée ô combien contestable que les terres agricoles de la Plaine de l'Aire seraient transformées en écoquartier en cas de déclassement. Non content d'être anonyme, ce site utilise sans aucune autorisation les logos de partis et d'organisation et, sous prétexte d'une pseudo-pétition, capte des adresses d'internautes naïfs. Bien évidemment, le comité référendaire a aussitôt produit un communiqué.

Naïfs ? Peut-être pas tant que ça, car, si l'on examine l'aréopage d'"amis" de ce site sur Facebook, on y rencontrera plusieurs députés et conseillers administratifs et même un conseiller national. Se sont-ils fait prendre au piège ? Ont-ils réellement accrédité une manoeuvre aussi abusive ? La deuxième hypothèse ne semble pas irréaliste, lorsqu'on réalise que le détenteur de l'adresse du site est également le créateur du site du PLR... Le coup de massue du week-end dernier les a-t-il à ce point déboussolés qu'ils se croient autorisés à bafouer toutes les valeurs qu'ils défendent à longueur de journée lors des débats sur les migrations et sur l'éducation ? (honnêteté, rigueur, transparence, loyauté,...)vert'lib.png

Pour finir sur une note plus légère mais illustrant à merveille mes propos, j'ai trouvé il y a 10 jours le hall du Collège de Staël jonché de cartes de propagande pour les vert'libéraux. Il s'agit d'offrir un iPad au vainqueur d'un concours de clips. On ne s'attardera pas sur l'incohérence consistant à proposer comme lot un des symboles de la société de consommation prédatrice de ressources, et génératrice de pollution et d'inégalités sociales, mais sur les deux énormes erreurs d'orthographe du document (voir ci-contre).

Je m'étais promis de ne pas m'abaisser à utiliser ces fautes, mais, dans sa dernière note, le webmaster du parti, Jérémy Seydoux, brillant élève du Collège de Staël, me contraint à ne pas tenir ma promesse en se permettant de donner à la presse et au public des leçons d'orthographe sur la subtile graphie du nom de son parti.

En soi l'anecdote n'a que peu d'intérêt, mais elle est très représentative du contraste systématique qu'il y a entre le discours et les actions des représentants de ces milieux.

"Faites ce que je dis, pas ce que je fais": Serait-ce le discours d'une nouvelle droite, nourrie au greenwashing, à l'auto-surestimation et à l'idée que la fin justifie les moyens ?

 

PS: Que mes adversaires et mes amis se rassurent, le désenchantement évoqué plus haut est généralement fort passager et je dois reconnaître honnêtement que ces manques de fair-play ont plutôt tendance à m'amuser tant ils sont caricaturaux. Il faut également reconnaître que tous les adversaires de l'agriculture dans la Plaine de l'Aire ne se conduisent pas de cette façon et que j'ai aussi eu l'occasion de débattre dans des conditions d'honnêteté intellectuelle et de savoir-vivre irréprochables.

 

pdpage2.png

 

 

 

Commentaires

Bravo et merci pour ces informations.
On va gagner.
p.l.
député
les Verts

Écrit par : pierre losio | 17/03/2011

@Pierre Losio :

Gagner quoi : gagner l'expulsion de 3000 familles du canton de Genève pour faire 3 à 4000 automobilistes supplémentaires pour produire du cardon au gazoil ? Ou peut être gagner le fait de saboter le projet d'agglomération et donc d'enclencher les nécessaires mesures de rétorsion du genevois français sur le transports en commun transfrontaliers ? Ou peut être encore gagner le saccage de 3 fois plus d'espaces naturels et agricoles dans le Genevois français : étonnant que dans votre esprit 1 hectare de terre agricole à Genève aient plus de valeur que 3 hectares dans le Genevois français !

La seule chose que vous pouvez gagner.. c'est l'instabilité politique dans le canton de Genève lorsque les populistes priveront aussi le canton de toute majorité ! Le compte à rebours a commencé avant les prochaines élections cantonales.. vous n'avez plus beaucoup de temps pour résoudre les problèmes de circulation, de logement et de pouvoir d'achat des genevois.

C'est vrai, il faut bien admettre, que "Mark Muller nous a eu" est l'argument principal de certains députés verts.. comme si la construction de logements pour 3000 familles étaient une affaire personnelle entre députés verts et un conseiller d'état.

Mais je crois au contraire que les Genevois ont un peu de bon sens. Les Genevois constatent l'expulsion massive de la moitié d'une classe d'âge chaque année dans le Genevois français loin des réseaux de transports. Les Genevois constatent qu'à chaque fois qu'un logement n'est pas construit c'est une à deux voitures qui hanteront Genève chaque jour pour l'éternité ! Je suis convaincu Pierre que les Genevois ont plus de bon sens que vous !

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard (Saint Julien en Genevois) | 18/03/2011

@Antoine Vielliard: Je suis avec une forme de respect mâtiné de stupéfaction votre acharnement contre les référendaires des Cherpines, acharnement manifestement peu cohérent à l'examen des nobles idées qui animent votre combat. Je m'explique:

- Nulle intention d'échanger 1ha d'ici contre 3ha d'ailleurs. Vous le savez fort bien, tous les géographes l'ont démontré, le phénomène de polarisation des systèmes urbains fait que, plus une ville grandit, plus elle a tendance à grandir encore plus. Refuser de bétonner 58ha aux Cherpines, c'est un premier pas dans l'enraiement de ce mécanisme.

- Les géographes l'ont également démontré, les villes se développent de façon multipolaire. Pourquoi Genève devrait-elle faire exception ? Pourquoi s'acharner à croire que la France voisine ne peut être qu'une banlieue dortoir sans activité économique ? Les autorités françaises n'ont-elles pas également leurs responsabilités dans ce développement "à l'américaine" (océan de pavillons, suppression des voies ferrés, développement des autoroutes et des mal nommées "zones artisanales"). Aucune loi ne les contraint à densifier aussi peu leur territoire, et la responsabilité n'en incombe certainement pas aux paysans bio, qu'ils soient genevois ou français !

- Dans le même sens, il faut constamment rappeler que le seul point intangible de la loi qui sera mise aux voix le 15 mai est la transformation de 130'000 m2 de terres maraîchères en zone industrielle. Personne n'a osé évoquer un ration emploi/logements sur ce secteur, mais vu la taille de la ZI, il n'est pas impossible qu'il soit encore plus mauvais qu'à PAV !

- Vous développez un discours intéressant sur la mégalomanie économique des dirigeants genevois, mais ne percevez pas que l'urbanisation des Cherpines conçue comme un remède à cette croissance, constitue un pas dans cette fuite en avant (et un pas minime, vu que les logements créés sur cette zone alluviale n'absorberont même pas une année de croissance démographique !). Militez-vous vraiment pour le déclassement de 60ha de terres maraîchère chaque année ?

Si vous avez pris la peine de me lire jusque là, je vous adresse mes meilleures salutations et espère avoir l'occasion de rediscuter avec vous de la problématique du développement transfrontalier de l'agglomération

Julien Nicolet

Écrit par : Julien Nicolet | 18/03/2011

Les Verts vont gagner des années d'expulsions mécaniques de milliers de genevois, toutes origines confondues, par leur acharnement contre toute construction. Parallèlement, ils vont bien entendu ausi décourager la voiture, en insistant sur ses nuisances...le toupet ne date pas d'aujourd'hui et on n'obtient pas de "décroissance" sans insulte au bon sens (étant donné que *c'est* une insulte au bon sens...sans la croissance du dernier demi-siècle, notre niveau de vie serait à des années lumière de ce qu'il est aujourd'hui).

Typique de la gauche la plus caviar qui soit, soit dit au passage très souvent bien logée car enracinée dans le terroir local depuis des années. Le pire, c'est que leur micromanie (=antonyme de la mégalomanie) est tellement représentative de l'esprit local qu'elle transcende les clivages politiques dans les moments critiques. Je ne serais p.ex. pas étonné que le plus libéral des libéraux, aux abords des Cherpines, n'en vienne à soutenir les Verts, obsédé qu'il est par la préservation éternelle du bout de champ à l'agriculture subventionnée dont il est le galant propriétaire depuis probablement le Moyen-Age (cf. Veyrier, etc...)

Écrit par : Alexandre Ioan Romoscanu | 18/03/2011

@AI Romoscanu: Que d'amalgames dans votre analyse !
- Nul n'envisage de revenir au siècle passé. Mais il faut avoir la clairvoyance de se rendre compte qu'une croissance infinie (de quoi ? Il faudrait aussi en discuter) est non seulement impossible, mais certainement nuisible. Dans une perspective de développement social à l'échelle mondiale, il est impossible de continuer à gaspiller nos ressources et nos terres ici, pour importer des produits agricoles venus du tiers monde.
- Pour information, la plupart des référendaires sont des Genevois récents (J'habite dans le canton depuis 2001) et les coopératives maraîchères ayant lancé le référendum ne touchent aucun paiement direct, n'étant ni des personnes physiques, ni propriétaires des terrains qu'elle cultivent. Elles sont au contraire la preuve que, en court-circuitant les réseaux de distributions, on peut avoir un agriculture de grande qualité, rémunérant correctement ses employés et vendant ses produits à des prix abordables !
- Quant à "l'acharnement contre toute construction", c'est plutôt du côté des municipalités libérales (Cologny, Thônex,...) qui ont fait capoter des projets d'ampleur chez eux (de même que le référendum libéral de Troinex en décembre 2010), qu'il faut chercher de l'acharnement ! Il faut aussi rappeler que les autorités prévoyaient 1500-2000 logements aux Cherpines (sur 580'000 m2 !) et que c'est la pression des référendaires qui a fait croître ce chiffre !
Cordialement.
Julien Nicolet

Écrit par : Julien Nicolet | 18/03/2011

Je regrette que Antoine Vieillard, dont j'ai eu l'occasion d'apprécier les analyses, soit tombé dans le piège des promoteurs d'une économie du Grand Capital (multinationales, hedge funds, banques, milliardaires à forfaits etc.) qui, à force d'attirer à la pelle des entreprises étrangères qui ont besoin de bureaux luxueux et spacieux consommateurs d'espace ainsi que de logements pour leurs expats, aggravant et entretenant une crise du logement qui justifie de saccager les quartiers et les terres agricoles au plus grand profit des promoteurs et spéculateurs immobiliers...

Écrit par : linario | 18/03/2011

Une requête Whois http://www.networksolutions.com/whois-search/urgence-logements.ch indique que le site est réservé par Enigma Prod qui est une agence de publicité qui s'est déjà chargée de campagne de publicité pour le PLR Genevois ...

Écrit par : Dji | 18/03/2011

Je vous donne raison sur l'impossibilité de croître à l'infini, et de la nocivité de s'y acharner. De là à la décroissance, il y a un pas (que je n'aimerais pas voir franchi).

Je vous donne aussi raison au sujet des municipalité libérales qui bloquent tout. C'est une hypocrisie inacceptable. Je ne me fais pas des amis en disant ceci, mais ça n'en reste pas moins vrai. On est soit sincère soit intéressé.

Cela n'est cependant en rien incompatible avec le fait que les Verts bloquent tout aussi (quoique pas si hypocritement...on peut dire qu'au moins ils auront prévenu), et quant à eux pas seulement le logement...le transport privé est leur cible aussi.

C'est bien ce qui rend la politique triste ces jours: on doit s'impliquer pour *garder* ses libertés...(et non plus, comme auparavant, pour en conquérir de nouvelles). En Ville p.ex. les Verts vont simplement supprimer la mobilité individuelle motorisée si on les laisse faire (jetez un cp d'oeil à leur dernière affiche électorale, parlante au possible...c'est le Paradis, que trams et vélos à l'horizon). Je pense qu'ils y parviendront si on ne fait rien. Heureusement, certaines personnes commencent à se rendre compte de qui se trouve derrière l'étranglement intentionnel du trafic, cause de tant de pollution (en plus des pendulaires exilés du logement).

Enfin, je rends les Verts responsables, ou co-auteurs de la 1ère heure, de la propagation du mensonge fondateur de la crise du logement genevoise, à savoir la prétendue exiguïté du territoire. Vaste blague, qui passe tout droit chez certains car le mensonge est juste trop immense, et chez d'autres par intérêt local (p.ex. certains libéraux) ou idéologiques (Verts, PS & friends, toujours unis sur ce front-là).

très cordialement,
Alexandre Ioan Romoscanu

Écrit par : Alexandre Ioan Romoscanu | 18/03/2011

C'est marrant ce nouvel argument qui est sans cesse martellé par les pro-voitures: la réduction de la part des rues en ville dévolues à la voiture, serait CAUSE de pollution !

Pourquoi ? Comment ? On ne sait pas mais l'affirmer le rend vrai !

Écrit par : Dji | 19/03/2011

Les commentaires sont fermés.