UA-74655322-1

04/09/2011

PLR: Avant de surveiller les frontières, il faudrait savoir où elles sont !

 

J'ai eu le douteux privilège d'assister au discours du 1er août de Pierre Weiss, invité de ma commune de domicile. Je dis bien « assister », car après quelques pontifiantes prémices, le brouhaha des indisciplinés et des indignés l'a progressivement rendu inaudible.

Indignés ? En ce qui me concerne, dans un premier temps, j'ai simplement cru qu'il avait par mégarde échangé son discours avec un de ses nouveaux camarades UDC, et que, enhardi par l'excellent gamay local, il ne s'en était pas rendu compte.

En effet, il était surtout question de criminels étrangers, de frontières qu'il fallait surveiller, de garde-frontière qu'il fallait multiplier et de caméras électroniques qu'il fallait installer. Aucune proposition, en revanche, pour juguler la criminalité des mafieux qui viennent blanchir leur sale trésor à l'ombre du jet d'eau.


Ce n'est que récemment, à ma grande surprise, que je me rends compte que le PLR semble faire de cette question un de ses thèmes de campagne principaux (avec, surprise non moins grande !, celui du refus de l'adhésion à l'UE).

Certes, le parti est en pleine déroute aux plans fédéral comme cantonal. Certes les grandes figures humanistes qui l'ont fréquenté ont cédé la place à des comptables arrivistes ou à des jet-seteurs bling-bling. Certes, son érosion électorale est telle, qu'il ne lui restera bientôt plus aucun électorat à transmettre aux formations populistes. Mais proposer des mesures qui sont à la fois démagogiques et inefficaces témoigne d'une volonté de racolage accompagnée d'un mépris stupéfiant pour le corps électoral et d'un abandon complet des valeurs humanistes qui étaient à la base du Parti Radical.

Preuve ultime de l'improvisation totale présidant à cette campagne, l'affiche présentée sur le site du parti contient d'ahurissantes erreurs témoignant précisément de l'incompétence de ses concepteurs en la matière de frontières. 3 exemples:

plr.png

1. Avant de surveiller les frontières, il faut savoir ce que ce terme signifie:

Sur l'affiche on trouve « Enclave de Céligny: pas de frontières ». Il va de soi que les trois enclaves (et non « l'enclave ») de Céligny ont une frontière ! Elles ne disposent en revanche pas de douanes, puisqu'elles sont frontalières d'un canton appartenant à l'Etat fédéral fondé en 1848 par... les Radicaux. Faut-il comprendre que le PLR le regrette ?

Au-delà de cette absurdité, cette erreur est symptômatique de la croyance qu'il suffit de surveiller les postes-frontières pour contrôler la frontière. Or quantité d'autres possibilités de passage existent. Faut-il alors proposer l'érection d'un mur, comme l'ont expérimenté d'autres régimes ?

 

2. Avant de surveiller la frontière, il faut savoir par où elle passe...

La carte présentée, au-delà de sa perspective étrange que l'on considérera comme un effet de graphisme, fait passer le Rhône largement au nord de la frontière au-delà de La Plaine (alors qu'en fait il marque la frontière entre La Plaine et Chancy).

- Faut-il comprendre que le PLR souhaite livrer les indécrottables gauchistes de Chancy et d'Avully à la Haute-Savoie ?

- Ou alors le PLR croit-il que le Rhône remonte le coteau de Dardagny pour mieux arroser son vignoble ?

 

3. Avant de surveiller des postes-frontières, il faudrait savoir où il sont.

Les postes-frontières répartis sur la carte sont pour le moins fantaisistes. Dans la partie ouest, 4 au moins (par exemple, celui entre La Plaine et Chancy ou celui entre Chancy et Sézegnin) n'existent simplement pas... Alors que tous ceux entre Moillesullaz et les bois de Jussy, de même que celui d'Hermance ne figurent pas...

 

Toutes ces erreurs ne seraient pas bien graves, s'il n'était justement question de protection des frontières et d' « amour » de notre canton. Or en l'espèce, le PLR fait malheureusement la démonstration de son amateurisme, son ignorance et de sa dérive démagogico-sécuritaire.

 

Commentaires

La maîtrise de la géographie locale n'est de loin pas une qualité requise pour être membre du PLR. Non. Du tout. Par contre, l'habilité à compton les biftons, la haine du socialisme et la pratique du renvoi d'ascenseur sont des critères éliminatoire au concours d'admission.

Mais bon, on rigole, on rigole, mais dans peux de temps, les banques et les milieux immobilier vont arrêter de financer ce partis qui sombre et vont se rabattre sur l'UDC ...

Écrit par : djinius | 06/09/2011

Les commentaires sont fermés.