UA-74655322-1

20/11/2011

C'est vert, mais juste... n'importe quoi

Séance du Grand Conseil mémorable, vendredi soir.

Les députés étaient saisis du PL 10679, qui, pour faire rapide, dans le but d'uniformiser (pouah...!) et d'autonomiser (re-pouah...!) la gouvernance des intitutions de droit public (SIG, AIG, HUG,...), consistait principalement à supprimer une part importante du contrôle politique sur celles-ci et à composer leurs conseils d'administration de technocrates cooptés plutôt que d'élus du peuple. (Plus de détails dans les 417 pages des rapports de la commision législative).

Le cocktail était donc parfait que le show du MCG se déroulât et l'on ne fut pas déçu:


Eric Stauffer a parfaitement tenu son rôle de bouffon en utilisant jusqu'à la corde toutes les astuces du règlement lui permettant de causer lorsque chacun souhaitait qu'il se tût et Mauro Poggia, en fin pince-sans-rire, alla jusqu'à proposer un bouleversement complet de l'ordre des articles pour qu'on traitât l'amendement qu'il jugeait le plus capital en premier. Comme il se doit, la tension monta, comme il se doit, quelques députés perdirent les nerfs (dont un PDC incapable de faire la différence entre le sens littéral et figuré qui alla jusqu'à demander du président qu'il fît arrêter le conducator du MCG), et diverses motions d'ordre aboutirent à un long monologue du président, ponctué de votes sans débat.

Tout le monde rentra content: Le MCG avait pu démontrer qu'on le muselait et la majorité passer son texte tel quel et aller se coucher avant l'aube...

Sauf que...

... pour une fois, une partie importante des amendements proposés par le MCG et leurs alliés de circonstance, le PS, auraient mérité un vrai débat. En effet, il est assez hallucinant de voir un parlement se démettre avec autant d'aveuglement de ses pouvoirs, surtout lorsque l'on connaît les abus auxquels peuvent conduire un trop forte autonomie des établissements de droit public (salaires indécents, hiérarchisation inutile, politique du personnel vexatoire,...).

Si l'on pouvait s'attendre à ce que la majorité de droite refuse par principe et sans réfléchir tous les amendements proposés par le PS et le MCG, l'attitude de la députation verte m'a semblé choquante. Non seulement, elle a systématiquement voté contre tous les amendements, même les plus modérés et, au fond, les plus logiques, mais surtout, une part importante de ses députés se sont conduits comme de vrais gamins, interrompant et raillant bruyamment les orateurs qui défendaient, parfois avec des arguments plus que convaincants, leur amendements. En revanche aucun Vert n'a osé prendre la parole pour défendre clairement son point de vue.

Décidément, il faut croire que se retrouver dans la majorité, quelles que soient ses idées, rend certains grossiers, intolérants et arrogants.

On remarquera d'ailleurs que le seul à avoir sans contestation possible enfreint le règlement du Grand Conseil, n'est pas E. Stauffer, mais bien C. Bavarel qu'on a connu bien mieux inspiré, lorsqu'il s'est lancé dans un piètre numéro de cabotinage s'adressant explicitement aux téléspectateurs de Léman Bleu, ce qui est proscrit par l'article 70, al.2.

Au milieu de ce marigot surnageaient vaillamment:
- Loly Bolay et Roger Deneys qui ont calmement défendu leurs points de vue, sans démagogie, en ne s'éloignant jamais du sujet traité.
- Pierre Losio, qui rêvait sans doute d'entamer sa présidence du Grand Conseil de façon plus sereine, mais qui a toujours compensé ses quelques lacunes techniques (juridiques et microphoniques...) par une volonté inflexible de traiter les députés de façon équitable, qui a osé remettre à l'ordre son propre groupe, qui a calmé son bureau qui devenait nerveux et a su, par une suspension de séance bien placée et une reprise ménageant un petit suspense, calmer le jeu.

Hommage à ces trois qui ont déjà un place au chaud sur mon prochain bulletin de vote !

Commentaires

Salut Julien,
Distraction ou autre chose... étonnant d’oublier que M. Stauffer avait demandé l’ajournement de ce point à l’ordre du jour démontrant ainsi le peu de cas qu’il faisait de l’intérêt d’un débat au parlement sur ce sujet.
Etonnant de ne pas indiquer que sur 7 heures de débat au total, les 4 premières ont donné lieu à un débat nourri. Or c'est bien à cause de la dégradation du comportement de certains que les 3 dernières heures se sont passées en séance excluant le débat.
Étonnant également de ne pas mentionner que par son opposition au projet de loi excluant les députés (et les conseillers d'Etats d'ailleurs) des Conseils d'administration des régies publiques, Stauffer-le-cumulard (qui siège aux conseils d'administration de l'aéroport, de l'hôpital, des SIG avant d'en être exclu...) a avant tout défendu la manne financière que représentent aujourd'hui les sièges qui reviennent au partis politiques.
Étonnante toujours l’omission du fait que ni le MCG ni Stauffer n'ont fait aucune proposition en commission dans le seul but d’empêcher le débat en plénière en le saturant d’amendements. Pour information, cela s'appelle un blocus parlementaire.

Étonnant enfin que les interventions argumentées, sérieuses et sur le fond (sans attaques personnelles) d'Emilie Flamand et de Christian Bavarel t'aient échappées ainsi que celle d'Anne Emery-Torracinta ne portant elle que sur une attaque ad nominen contre Emilie Flamand.

Enfin, Julien tu sauras que les Verts votent les loi qu'ils estiment bonnes et refusent celles qui sont mauvaises, contrairement aux socialistes qui ont voté la loi de Mark Muller sur les Cherpines alors que leur président déclare qu'elle est insuffisante http://www.tdg.ch/geneve/actu/socialistes-posent-conditions-cherpines-2010-09-22 ...c'est là certainement notre faiblesse mais aussi notre honneur!"

Écrit par : Yvan Rochat | 21/11/2011

Salut Yvan,

Merci pour ton commentaire !

Comme je le mentionne au début du billet, je n'ai pu traiter que de la séance du soir (plus précisément dès 21h) et j'ai effectivement appris que l'ambiance du débat était bien plus sereine dans l'après-midi. Je lirai le mémorial lorsqu'il paraîtra.

Je partage entièrement ton point de vue sur les méthodes d'E. Stauffer. Je crois que mon billet le dit clairement. Je n'estime ni ses idées, ni son comportement.

En ce qui concerne le fond, je trouve que cette loi est mauvaise et je signerai le référendum. Et je suis toujours d'avis que plusieurs amendements, proposés soit par le PS, soit par le MCG, auraient mérité d'être acceptés.

Je confirme également que, entre 21h et 0h30 je n'ai pas entendu d'autre prise de parole verte que celle de C. Bavarel et que, en revanche, j'ai vu et entendu plusieurs interventions et comportements fort discourtois dans les rangs verts (preuves en sont les interventions de Pierre Losio pour demander au groupe de se calmer...).

Pour terminer, je n'ai évidemment aucun problème avec le fait que ni les Verts ni les Socialistes ne soient pas toujours d'accord avec moi (ce qui serait le comble...). Ça ne m'empêche en aucun cas, ni de les soutenir, ni de les critiquer lorsque je l'estime opportun.

Et, comme chacun sait, "qui aime bien châtie bien": Je n'aurais jamais pris la peine d'écrire un mot si des députés PDC ou PLR s'étaient aussi mal conduits, car cela ne m'aurait pas déçu...

Il y a peut-être une certaine maladresse de ma part à stigmatiser un groupe qui aurait plutôt besoin de réconfort en ces temps délicats d'OPA hostiles des partis du "centre-droit" sur l'écologie. Je l'admets volontiers et t'assure de mon soutien sur tous les objets (et ils sont nombreux) sur lesquels je partage la position des Verts.

Écrit par : Julien Nicolet | 21/11/2011

Les commentaires sont fermés.