UA-74655322-1

18/12/2011

Fenêtre n°18: L'histoire nous apprend que nous n'apprenons rien de l'histoire...

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


"L'histoire nous apprend que nous n'apprenons rien de l'histoire..." Et pourtant, le décompte des références historiques dans les discours politiques (et par
Histoire africaine.JPGfois même publicitaires) est proprement stupéfiant, comme l'est la volonté de contrôle des Etats, même les plus démocratiques, sur la façon de transmettre l'histoire, notamment dans le cadre scolaire. On se rappelle les débats sur le "rôle positif" de la colonisation ou sur le "rapport Bergier".

Recherche de légitimation ? Volonté de s'inscrire dans le continuum des glorieux ancêtres ? Expédiant permettant de faire mousser le sentiment national ? Les motifs sont aussi nombreux qu'inavouables pour se lancer dans le jeu de la reconstruction à son profit du passé. Jeu d'autant plus attirant que les principaux intéressés ne risquent pas de venir se plaindre du portrait qu'on trace d'eux.

Dans ce domaine, N. Sarkozy a osé franchir deux paliers. D'une part, il est allé à Dakar expliquer avec la plus insoutenable franchise qu'il estimait que "l'homme africain n'était pas entré dans l'histoire". D'autre part, il a réussi à instrumentaliser les figures historiques qui, d'habitude, servaient de caution historique aux mouvements progressistes. On pense bien entendu à Jean Jaurès et à Guy Môquet. Mais on pourrait également citer Léon Blum, Victor Hugo, Jules Ferry ou même Claude Lévi-Strauss.
Sarko.jpg
Ces deux attitudes lui ont valu une série de réponses cinglantes, regroupées dans deux ouvrages proposés par des collectifs d'historiens:

- Petit précis de remise à niveau sur l'histoire africaine à l'usage du président Sarkozy (La Découverte, 2008) - recueil d'articles parfois assez ardus, démontrant de façon éloquente les évolutions historiques des populations africaines.

- Comment Nicolas Sarkozy écrit l'histoire de France (Agone, 2008) - Sorte de dictionnaire des usages abusifs de l'histoire, il est le premier ouvrage du CVUH (Comité de vigilancem face aux usages publics de l'histoire).

22:14 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, école, sarkozy |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.