UA-74655322-1

18/03/2012

Cherpines: du vert, des verres et du vent !

Rupture de stock de toLogo De L'aire carré blanc.pngner bleu et jaune au DCTI ! Le vert était effectivement omniprésent sur les documents imprimés pour les participants aux "Tables rondes" sur les Cherpines samedi matin à Confignon.

L'objectif, hautement louable, de cette matinée, était de recueillir les observations des associations et acteurs impliqués dans cette affaire avec un message clair: Tout sera vert, durable et participatif...


Participatif ? On passera rapidement sur le fait que l'office de l'urbanisme ait "oublié" d'inviter le comité référendaire et la coopérative "Le jardin des Charrotons" (qui ont touDSC_0046.JPGt de même sollicité une invitation: voir le communiqué du comité référendaire) pour se réjouir de l'affluence et de la diversité des acteurs représentés. On retiendra aussi que, de ce fait, la plupart des avis ont trouvé leur contradiction, ce qui permettra in fine, de légitimer les choix faits auparavant par le canton et les communes...

Car, en fait de choix, les plus importants ont déjà été faits ou se feront sans intervention possible de la société civile.

Un exemple ? L'État a d'ores et déjà décidé de ne pas faire valoir son droit de préemption sur les terrains, qui seront donc laissés à la merci des promoteurs. Sacrée occasion manquée, lorsque l'on sait que l'une des solutions les plus efficaces pour créer de l'habitat bon marché et durable est la coopérative d'habitation, qui suppose le plus souvent un droit de superficie sur terrain public.

La CGI obtiendra donc un sacré retour sur investissement de sa campagne d'affichage lénifiante et mensongère du printemps passé. La valeur des logements devrait en effet allégrement atteindre 2 milliards de francs - auxquels il faut ajouter les équipements publics, commerciaux et industriels !

 

Vert ? On se rappelle que les trois partis dominants (PLR-PDC-PS) avaient obtenu une mince victoire en usant du terme "éco-quartier" sur leurs affiches presque semblables. Nous avions évidemment dénoncé la manipulation que ce terme cachait. Aujourd'hui, plus aucune mention d'"éco-quartier" dans les documents de travail. Certains objectifs minimaux demeurent certes, mais on retiendra surtout que plus de 6'000 places de stationnement sont prévues et que toute la voirie sera ouverte aux véhicules motorisés (quelques goulets réservés aux bus empêchant toutefois le transit).

On remarquera aussi que la norme Minergie P, qui figurait dans le cahier des charges de février 2011 a désormais disparu et que, dans le centre sportif, un projet de patinoire fait sa réapparition...

L'agriculture n'a pas été oubliée puisque les concepteurs du projet entendent garder la "trame agricole" du secteur, tout en supprimant toute possibilité d'activité maraîchère d'importance, cela va de soi !

 

Durable ? En l'état, la DGAT semble surtout user de la stratégie du schtroumpfissime. Chacun sera servi puisque, si l'on en croit les documents projetés, il y aura des pistes cyclables en site propre, un tram, des jardins familiaux, des places publiques, des accès en véhicules motorisés partout, des commerces, du sport, de la culture, des zones de délassement et des bâtiments n'excédant pas 2 ou 3 étages et surtout, du vert, du vert et du vert !

Ne soyons pas dupes, le cumul de tout cela étant impossible sur une surface si réduite, des choix devront être faits. Et gageons que, lorsqu'il s'agira vraiment de trancher, la démarche sera bien moins participative !

fruits.jpg

Côté approvisionnement, le DCTI a mis les petits plats dans les grands: café-croissant et apéritif dînatoire somptuaires, agrémentés de charmantes corbeilles de fruits figurant à merveille l'attachement à la production locale et aux valeurs environnementales de cette estimable institution. Merci pour les fraises, les mandarines, les prunes et le raisin de mars !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

"L'État a d'ores et déjà décidé de ne pas faire valoir son droit de préemption sur les terrains, qui seront donc laissés à la merci des promoteurs"

N'y a-t-il pas moyen d'organiser une initiative pour cela ? Je pense qu'au vu du décalage abyssal entre les arguments avancés en campagne par les amis de Mark et la réalité, il est temps de peut être de reprendre le flambeaux de l'action politique concrête.

Écrit par : Djinus | 20/03/2012

Sous forme d'initiative, certainement pas. Sur le plan pratique, les délais de récolte et de vote seraient bien trop longs, sur le plan politique, il s'agirait de contraindre l'État à faire valoir son droit de préemption dans toute création de ZD. Je ne serais pas contre, évidemment, mais politiquement, ça n'aurait aucune chance (sans compter que ce serait un puissant argument pour renoncer aux ZD, ce dont la droite rêve).
Non, il faut faire pression sur l'État et souhaiter que, à l'occasion de la succession Muller, la maîtrise du foncier devienne un thème de campagne et que les candidats s'engagent sur cette question.

Écrit par : Julien Nicolet | 20/03/2012

Les commentaires sont fermés.