UA-74655322-1

05/07/2012

À échanger: élèves contre bosons

Présents partout mais de masse quasi-nulle, presque indétectables, mais bénéficiant de crédits publics somptuaires, les bosons de Higgs doivent faire rêver Charles BEER et François LONGCHAMP qui ont, pour devoir de vacances, la lourde tâche de trouver une solution pour caser des élèves de l'ECG dont les particularités sont à peu près inverses de celles de la désormais célèbre particule.

Rappelons que, à la faveur de réformes pédagogiques ambitieuses et de la croissance de la population, le nombre d'élèves du post-obligatoire, en particulier celui de l'ECG (École de Culture Générale) croît vertigineusement depuis une décennie. Nulle surprise donc, l'afflux d'élèves était prévisible...

Et pourtant, rien - ou presque - n'a été fait au cours des dernières années pour accueillir décemment ces nouveaux étudiants. Certes, on a "ouvert" une troisième ECG, qui, depuis 4 ans occupe deux pavillons provisoires distants de 3 kilomètres et squatte des salles de gym et de cours dans 3 bâtiments voisins... Des conditions tellement pénibles que les maîtres des lieux ont déposé jeudi dernier une pétition réclamant légitimement de travailler sur un site unique.

C'est dans ce contexte que le DIP a proposé aussi abruptement que sibyllinement de tranvaser 750 élèves dUbu-Jarry.pngu PO dans deux cycles d'orientation (Drize et Seymaz) dès la rentrée 2013. Sibyllinement, car, aucune modalité pratique n'ayant été annoncée, ni même imaginée, les acteurs malgré eux de ce drame à la Jarry se voient contraints d'imaginer la cohabitation d'enfants de 12 ans avec des adultes de plus de 20 ans, dans les préaux (quel règlement appliquer ?), dans les couloirs (qui aura droit à la casquette ?), à la cafétéria (pause café ou cigarette ?) et dans les vestiaires de gym (...?).

A l'évidence, en prenant cette décision, le chef du DIP s'est pris pour un directeur de la logistique d'une boîte d'import-export, qui bourre ses hangars sans considération pour la marchandise entassée. Las, les élèves n'étant pas des briques de Tetris, il aurait sans doute fallu songer aux conséquences pédagogiques désastreuses d'un pareil choix.

Car, au-delà de l'improvoyance des différents acteurs, il apparaît de plus en plus clair que c'est surtout le refus de dépenser le moindre sou qui est à la base des sureffectifs au post-obligatoire. Il faut donc rappeler que, si c'est bien le DIP qui formule les demandes, c'est le DU (ex-DCTI) qui les fait voter et les met en oeuvre. Et là, Mark MULLER semble s'être distingué par son refus de toute opération un tant soit peu coûteuse, au point même de ne pas desserrer les cordons de la bourse pour rénover des bâtiments dont les plafonds et les corniches menacent de s'effondrer sur leurs occupants, comme le révèle Le Courrier d'aujourd'hui.

Aujourd'hui, face à l'uIMG_20120704_130036.jpgrgence, le Conseil d'État répond qu'il n'a plus le temps de construire. Pourtant, les associations de maîtres ont présenté nombre de terrains et de bâtiments qui permettraient, s'y l'on acceptait d'investir et d'utiliser des procédures administratives d'urgence, de construire rapidement des pavillons pour une nouvelle ECG.

Le succès inouï de la pétition remise hier aux autorités (5128 signatures récoltées en 3 semaines et demi), et son soutien unitaire (fait rare !) de toutes les associations de parents d'élèves et de toutes les associations faîtières d'enseignants témoigne du refus massif d'une solution qui, sans résoudre les problèmes du PO, amplifierait ceux connus par le CO. Ce soutien doit conforter le DIP dans sa volonté maintes fois affichée, mais rarement exaucée, de construire de nouveaux bâtiments scolaires et mettre le nouveau maître du DU devant ses responsabilités. La population et le corps politique exigent des solutions rapides et durables, quitte à ce que l'une des républiques les plus riches du monde doive dépenser quelques millions.

15:47 Publié dans Ecole | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : co, po, drize, seymaz, école, beer, longchamp |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.