05/09/2012

Retraites: les députés sauront-ils sur quoi ils votent ?

Tombé de haut... Alors que Martine Brunschwig Graf a répondu de façon immédiate et argumentée à ma note du 16 août dernier, le député Luc Barthassat a cru bon de s'immiscer dans un débat, sur la page Facebook de Cyril Mizrahi qui relayait mon texte.

Mal lui en prit, car ses propos pour le moins confus, pétris de clichés indignes d'un Conseiller Municipal MCG aviné, et surtout sans aucun rapport avec le sujet m'ont malheureusement fait réaliser que certains députés votent des textes sans les lire, voire sans les comprendre.

Pour illustrer ce lamentable épisode, quelques-unes de ses répliques les plus déroutantes (telles quelles et non FB Barthassat.jpgtronquées...). Rappelons que la question était de savoir pourquoi les parlementaires genevois à Berne avaient voté une loi modifiant la LPP dont les conséquences sont désastreuses pour les finances cantonales:

  • Y ceux qui creuse des trous ? et ceux qui ne reboucherons pas indéfiniment ......


  • Carl Marx disait ..... Si vous voulez tuer le capitalisme ? Augmentez les impôts ..... Augmentez ..... Augmentez ! Et pendant ce temps la nomenclature faisait ripaille ? Vive la gauche ..... Les nantis de la gauche caviar en France ! N on pas fini de déchanté .


  • On a tous été cigale ou fourmis .... Peut être certain plus que d autre . Vous accusez la droite ? Je veux pas rentrer dans ce genre de gué guerre ? Désolé. Mais j apprécié pas toujours ceux qui pleure la bouche pleine !


Encore remué par ce triste témoignage des charmes discutables des parlements de milice, je reçois aujourd'hui l'avis de publication du rapport sur la loi 10847, qui fixe les conditions de la fusion des caisses de pension de l'État... et réalise qu'il contient 816 pages résumant les auditions et les réflexions de la commission des finances et tous les documents utiles à la compréhension de cette loi.

Et j'en conclus que nos 100 députés ont pour mission de prendre connaissance de ces 816 pages avant la session du 13-14 septembre consacrée essentiellement à ce projet, pour pouvoir se forger une opinion...

Mission impossible évidemment.

L'État risque donc de se retrouver avec une Caisse de Pension dont les fondements auront été votés par des députés qui ne les connaissaient pas.

Démocratie, vous avez dit démocratie...?

Commentaires

Nous on en a eut la preuve des décrets signés ou à distribuer sans être relus et par un socialiste il va de soi . Ensuite au peuple de se débrouiller .On savait la politique un endroit douillet mais à ce point faut vraiment avoir vécu l'aventure pour le certifier.Ensuite ils aimeraient être pris au sérieux? on comprend d'autant la facilité des délinquants à revenir par périodes pour les narguer.
Peut-être sont -ils les interprètes d'un peuple qui n'en peut plus de suivre des discours ne menant à rien qu'à des rencontres pour bien manger et boire,des prises se positions au grand conseil qui dès le lundi sont remisées aux calanques .On sait les Suisses surtout en Suisse romande de plus en plus minoritaires veuvages oblige ,il est d'autant plus facile de les berner et les délinquants sont peut-être l'ultime espoir pour obliger les autorités a se remettre en cause une fois pour toutes.Elles sont payées pour travailler et savoir s'imposer face aux jeunes loups aux dents blanches ,beaux parleurs certe mais bardés de théories sans plus

Écrit par : lovsmeralda | 06/09/2012

Les commentaires sont fermés.