UA-74655322-1

11/01/2013

Alterliste: Une étoile filante et un nouveau voeu ?

Ma note du 1er janvier proposant, comme voeu pour 2013 la mise en place d'une Alterliste de 100 noms aux élections législatives de cet automne a suscité quelques réactions, fait couler un peu d'encre et permis de lancer quelques joutes numériques pas toujours inintéressantes.

Plusieurs messages de soutien à cette idée m'ont convaincu de tenir mon engagement, à savoir de co-organiser une première rencontre pour essayer de transformer l'idée en projet. Mais, force est de constater que, au moment de décompter celles et ceux qui sont prêt-e-s à aller au-delà des témoignages de sympathie, le nombre est loin d'être suffisant pour prétendre proposer quoi que ce soit de crédible...

Peur de l'engagement ? de générer plus de discorde que de concorde ? de se retrouver troupeau sans berger ? d'être confronté à des ultras pour qui l'anathème tient lieu de réflexion (certaines interventions, notamment sur Facebook sont assez révélatrices de cet état d'esprit) ?

Je crois surtout qu'il y a une forme de contradiction à vouloir lancer un projet dont une des caractéristiques est d'être émis "par la base". Car enfin, le calendrier, les enthousiasmes et les goûts des militant-e-s ne sont pas nécessairement les miens et, malgré mes engagements fermes et explicites de refuser toute position particulière dans le groupe, malgré un cadre intentionnellement peu défini à l'avance, bon nombre de candidat-e-s potentiel-le-s ont sans doute plein d'autres choses plus passionnantes à faire que de consacrer des soirées d'hiver à discuter politique et élections. Et a fortiori de s'engager dans une campagne nécessairement chronophage pour des résultats incertains.

Sans compter que, la tâche de député-e n'étant ni légère ni particulièrement attrayante pour le commun des mortels, on peut facilement comprendre le peu de motivation pour la réalisation concrète d'une idée suscitant pourtant une large sympathie.

Le projet est donc gelé. L'idée demeure. Je ne dirai pas que je laisse les clés de la maison à qui veut les prendre car l'Alterliste est une maison sans serrure qui peut être habitée par n'importe qui, dès lors que ses engagements partagent le dénominateur commun de ce qui devrait unir la gauche et que son comportement est respectueux des autres habitants et des espaces communs. Il y a de la place, toutes les chambres se valent. C'est le lieu où devrait s'appliquer la jolie formule de Bakounine, que m'a soufflée Pascal Holenweg: "La liberté de tous étend à l'infini la liberté de chacun."

Pas de regret donc, mais de la reconnaissance envers celles et ceux qui ont pris la peine de réfléchir à la question, de l'évaluer, de la partager et de la commenter. Merci également à celles et ceux qui m'ont proposé de revendiquer une place sur la liste de leur parti. En l'occurence ma note n'impliquait pas nécessairement un intérêt personnel pour une candidature, et en tout cas pas dans le cadre certes estimable, mais tout de même très exigu imposé par les partis.

L'Alterliste ayant vraisemblablement été une étoile filante, je me permets donc un second voeu: Que les mouvements de gauche réussissent à appliquer à eux-mêmes les valeurs qu'ils affirment partager: l'égalité, la liberté, la tolérance et le respect des avis minoritaires. Dès lors, ils auront énormément gagné en crédibilité et n'auront aucune peine à s'unir pour contribuer à flanquer une déculottée mémorable à la droite cynique et arrogante des lobbies de la finance et du béton.

09:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.