UA-74655322-1

25/04/2013

Budget 2013: Pile tu gagnes, face je perds

Désagréable impression au moment où les bien-pensants se réjouissent tous de voir le PLR et le PS "revenus à la raison". Car, au sortir du ring, on trouve un PLR qui a obtenu, à 30 petits millions près, tout ce qu'il a voulu et, de l'autre côté, un PS groggy qui a encaissé successivement:

- un refus d'entrée en matière sur un premier budget pas particulièrement social

- un budget 2.0 qui, selon les dires des députés concernés, mettait en péril les missions de l'État, en particuleir l'application de textes votés démocratiquement (qu'on pense aux initiatives sur les EMS, sur l'accueil continu ou les pistes cyclables, sans parler des textes défendus pourtant par le gouvernement comme le nouveau Cycle d'Orientation et le mercredi matin)

- un passage au rabot de la commission des finances qui a réduit encore aux entournures ce budget pour arriver au chiffre "magique" de 100 millions de déficit.

- un proposition de coupe linéaire de 2% complètement ahurissante et pour tout dire franchement insultante pour tous les services qui ont conscieusement limé tout ce qu'ils pouvaient quitte à toucher les nerfs plus que l'épiderme.

Bouquet final, en échange du renoncement à cette dernière extravagance, voilà les partis de gauche qui, au nom de la sempiternelle "politique du moindre mal" viennent de renoncer à discuter d'une proposition fiscale hautement symbolique, puisque précisément destinée à s'assurer que chacun contribue aux efforts nécessaires pour faire tourner l'État.

Dommage, car, sans nier les énormes difficultés qu'aurait engendrées la prolongation de l'absence de budget et sans méconnaître les douloureuses incertitudes vécues par les associations qui comptent sur les subventions de l'État, on aurait souhaité une vision à plus long terme car:

- Rappelons-nous que c'est sur la base de ce budget que seront envisagées les coupes du suivant. Celui de 2012 avait été déjà sévèrement amputé et l'on nous avait déjà promis qu'aucune aggravation ne serait acceptée. Il serait heureux que l'on nous dise quand se terminera ce jeu...

- Rappelons-nous qu'une des missions de l'État est de minimiser, tant que faire se peut, les inégalités les plus choquantes... et là, ce budget qui s'en prend aux plus faibles - la santé publique, l'aide sociale, les étudiants, les élèves en difficulté - et qui protège les plus forts, aurait dû être fermement refusé.

- Rappelons-nous également que la différence de déficit de 100 à 31 millions est uniquement due à des prévisions de recettes qui ne cessent de croître. C'est la preuve évidente que, malgré ce qu'annoncent les Cassandre du PLR, l'économie genevoise se porte bien. Plus précisément, les nantis et les grosses entreprises continuent à s'enrichir en hurlant à la crise dans le seul but d'assécher l'État et d'accroître encore leur opulence...

- Rappelons-nous aussi que le prochain budget sera voté par le nouveau Grand Conseil et que c'est n'est pas en se couchant que les partis de gauche obtiendront la victoire qu'ils devraient mériter...

16/04/2013

Boston - Bagdad: Deux poids, deux mesures...

12 kilomètres sur mon vélo, de 23h15 à 23h45, France-Info dans les oreilles.

La litanie habituelle des événements dramatiques: les journalistes qui décrivent ce qu'ils voient sur CNN, de la fumée, du sang, des débrits. Qui annoncent en boucle le nombre de morts - 2 - et celui, encore à confirmer, de blessés. Une interview d'un marathonien français qui confirme qu'une bombe qui explose, ça fait du bruit. Et des interrogations: s'agit-il de bombes artisanales ? y en-a-t-il d'autres ? où est le président ? que fait-il ?

Et ça recommence. Rien de plus à transmettre, mais, au vu de l'importance de l'info, il faut garder l'antenne.

A 23h30, les titres. Coincée entre le patrimoine des ministres et le tennis à Monte-Carlo, une info passe subrepticement. Une seule phrase pour annoncer les 37 victimes d'une nouvelle vague d'attentats en Irak, avant de repartir sur 15 minutes de conjectures creuses sur les événements de Boston.

La dissymétrie nauséabonde dans le traitement des deux séries d'attentats a déjà été mille fois analysée et l'on sait depuis longtemps que les morts n'ont pas la même valeur selon leur latitude.

Mais là, face à une pareille ignominie médiatique, comment en vouloir à ceux qui affirment encore que les principales victimes des fondamentalistes se trouvent dans les pays occidentaux ? Comment en vouloir à ceux qui acceptent et encouragent les délires sécuritaires américains ? Comment en vouloir à ceux qui, originaires du Moyen-Orient, se sentent méprisés et insultés par les pouvoirs occidentaux ?

00:17 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | |

01/04/2013

Tarifs TPG: ... et un coup de théâtre de plus !

L'histoire prend un cours parfois étonnant. C'est ainsi que les trolleybus BERNA 1965 vendus en 1991 par les TPG aux transports publics de Valparaíso (Chili) s'apprêtent à revenir circuler sur nos lignes... et ce malgré la décision judiciaire du 28 mars.

602_dock.jpgDe source sûre, mais encore confidentielle, nous pouvons confirmer qu'un important accord entre la société Trolebuses de Chile et les TPG a été signé mercredi dernier. D'un côté, une entreprise chilienne désireuse d'investir les importants dividendes acquis grâce à la hausse des cours du cuivre dans du matériel roulant moderne et spacieux  et, d'un autre, une régie genevoise qui se croyait, jusqu'à la décision de justice de jeudi dernier, contrainte de trouver de l'argent suite à la votations du 3 mars.

Depuis un certain temps, les Chiliens lorgnaient  sur les trolleys à double-articulation utilisés depuis 2004 sur la ligne 10 et se désolaient à l'idée 800px-TPG721.jpgque l'entreprise HESS ne compte plus réaliser de prototypes supplémentaires de ce modèle hyper-spacieux, utilisé uniquement par les TPG. C'est pourquoi, dès le 4 mars, ils contactaient notre régie pour lui proposer le rachat de ses 21 véhicules bi-articulés. C'est alors qu'a germé l'idée d'un échange impliquant le retour à Genève des vénérables Berna 1965, qui circuleront dès septembre sur les lignes 2, 10 et 19, qui auraient dû être supprimées sans ce miraculeux arrangement.

Le contrat ayant été signé 7 heures avant l'annulation du scrutin, une dédite n'est plus envisageable, ce d'autant plus que, rappelle-t-on du côté du DIME, il n'y a aucune garantie que "les citoyens votent mieux lors de la seconde votation."

Quoi qu'il en soit, c'est donc le soulagement du côté de la régie, qui peut donc assurer un service équivalent - à quelques minutes près -  pour des tarifs moins élevés. Soulagement de courte durée, car les 18 millions mis dans la balance par les Chiliens  (099 avenue argentina 96.jpgLes Berna seront en fait offerts), ne permettront, si le oui est confirmé, de tenir que 9 mois. C'est pourquoi les TPG sont toujours en quête d'échanges de ce type pour assurer leur équilibre financier à long terme.

Soulagement aussi de pouvoir maintenir, du matériel moderne sur la ligne 3, car il aurait été inconvenant que les résidents de Champel, défavorables au texte, "dussent circuler dans des véhicules vétustes", alors que les Verniolans et les Onésiens sont "de toute façon plus habitués à l'inconfort", à en croire un cadre du DIME.

Du côté de l'AVIVO, les réactions sont également très favorables, puisque le représentant contacté se rappelle avec nostalgie ces véhicules "bien mieux tenus que maintenant" et leur "boutons d'ouverture des portes en bakélite bien plus visibles que les LED de science-fiction actuels". Pas de crainte d'inconfort non plus, les marches à gravir et les sièges en plastique simili-bois n'ayant "jamais posé de problèsalon carro principal-600 1 048.jpgme à l'époque". On se réjouit même à demi-mot de faire découvrir le matériel d'antan aux "enfants gâtés de 18-25 ans qui se sont plaints suite au vote et qui n'imaginent pas comment comment était la vie dans le temps".

Il est à noter que pour permettre d'ajouter les kilomètres transatlantiques aux totaux du contrat de prestation, l'échange se fera sur sol chilien et que les horaires TPG des lignes 2, 3, 7, 10 et 19 seront légèrement modifiés en juillet et août. C'est donc l'horaire "jours feriés petites vacances" qui se sera en vigueur les "jours ouvrables grandes vacances" alors que "les jours feriés grandes vacances", ce sera l'horaire "dimanche de pâques, ascension et avant-veille du lundi de pentecôte" qui sera appliqué.

Un BERNA 1965 repeint en vert, ancienne et future propriété des TPG, circule dans les rues de Valparaíso. A 1'19, on remarque le panneau latéral "Crêts-de-Champel".


Toutes les photos et la vidéo sont tirées de l'extaordinaire blog http://trolleybusvalparaiso.blogspot.ch/ consacré aux Trolleybus de Valparaíso et du monde entier