UA-74655322-1

25/09/2013

Familles: Pour quelles listes ne pas voter ?

imagebot.jpgÀ l'approche des élections, on peut voter en se fiant à la tête des candidats et aux slogans de leurs affiches. On peut aussi se demander ce que les partis sortants ont discuté et voté au cours de la législature finissante. Cela prend un peu de temps, mais n'est pas complètement inutile si l'on veut remplir son bulletin de façon sensée.

Partant du principe que les questions familiales (petite enfance, formation, aides aux familles) sont celles qui intéressent le plus largement, j'ai fouillé dans le mémorial de la législature finissante et repris quelques votes qui éclairent la position des partis sur les différentes façons de soutenir et protéger les familles.

Les plus pressés trouveront ci-dessous un tableau récapitulatif (tous les détails et les liens se trouvent en-dessous) qui montre de façon éloquente:

- l'inquiétant rapprochement PLR-UDC que certains observateurs relèvent depuis que les Libéraux ont phagocyté les Radicaux. Leur discours social ("On veut de la croissance pour financer l'État social") ne résiste pas à l'analyse, puisque bien qu'ayant pu faire passer toutes leurs propositions économiques et fiscales, ils s'obstinent à ne rien céder aux familles, qui, en bonne logique, devraient renoncer à les élire !

- La rupture PDC-PLR, que je ne pressentais pas si nette. Certes, le sujet est clivant, mais on peut se demander ce que ces deux partis font encore ensemble, alors que leurs conceptions sont aussi différentes dans un domaine fondamental de la vie quotidienne.

- Sans surprise, les partis de gauche ont tenu leurs engagements de soutien aux familles.

- En revanche, le tableau ne révèle évidemment pas la position des listes non encore représentées (Ensemble à gauche, Parti Pirate, Vert'Libéraux, PBD). Si elles le souhaitent, elles peuvent me transmettre leur position sur ces questions, que je ne manquerai pas de publier.

 

PS

Verts

PDC

PLR

UDC

MCG

1. Diminution du taux d'encadrement dans les crèches

NON

NON

NON

OUI

OUI

OUI

2. Allocations familiales

OUI

OUI

OUI

NON

NON

OUI

3. IN sur les crèches

OUI

OUI

NON

NON

NON

ABS ?

4. Coupe linéraire de 2 % dans le budget de la formation

NON

NON

NON

OUI

OUI

OUI

5. IN pour la mobilité douce

OUI

OUI

OUI

NON

NON

NON

 

 

Plus de détails sur les objets retenus:


1. Diminution du taux d'encadrement dans les crèches.

Un projet de loi PDC visant à augmenter le nombre de places de crèches se fait modifier dans le but principal de diminuer le taux d'encadrement (nombre d'éducateurs-trices par enfant), sans impact sur le nombre de places... Le débat du 17.5.2013, houleux, s'est terminé par le refus du PDC de soutenir le texte modifié, qui a néanmoins été adopté. S'en est suivi un référendum qui a permis de récolter le nombre record de 27'741 signatures. Nous voterons donc sur la question, vraisemblablement le 9 février 2014.

On trouve ici l'intégralité des débats et le vote final.


2. Allocations familiales

Le débat sur l'initiative socialiste visant à revaloriser ces allocations a eu lieu le 26 juin 2011. L'initiative ayant été acceptée par le parlement, toutes les familles ont vu les allocations augmenter de 1200.- par enfant et par année au 1er janvier 2012.

On trouve dans le mémorial l'intégralité des débats et le vote final.

 

3. Initiative sur les crèches

Le débat sur l'initiative socialiste visant à adapter le nombre de places en crèche à la demande a eu lieu le 16 octobre 2010. Il s'est soldé par un refus du parlement qui lui a opposé un contreprojet.

On trouve dans le mémorial l'intégralité des débats mais pas le vote nominal, d'où le flou sur l'attribution des 13 abstentions.


4. Coupe linéaire de 2% dans le buget de la formation

Dans le psychodrame ayant présidé aux débats sur le budget 2013, un épisode particulièrement inquiétant a eu lieu, puisque la droite a subitement proposé une coupe linéaire de 2% pour arriver à un équilibre irrationnel (le budget sous-évaluant systématiquement les recettes). La formation n'y a pas coupé et vous trouverez ici les pitoyables débats du 14 mars 2013, ainsi que le vote nominal sur cette coupe.

 

5. Initiative pour la mobilité douce

Le lien avec les questions familiale est plus ténu, mais tout de même évident lorsque l'on réalise que les cadets comme certains aînés sont à la fois les plus vulnérables dans le trafic et de faibles utilisateurs de leur voiture.

L'initiative a été acceptée par le peuple le 15 mai 2011. Les débats parlementaires qui ont précédé ce vote ont à nouveau mis en évidence le même clivage.

On trouve dans le mémorial l'intégralité des débats mais pas le vote nominal.


Commentaires

"d'augmenter le taux d'encadrement (nombre d'enfants par éducateur-trice),"

Logiquement plus le taux d'encadrement est élevé, plus le nombre d'enfants par éducateur est faible. La droite voulait diminuer ce taux.

Le mcg est bien à droite toute.

Écrit par : Johann | 26/09/2013

Johann: Merci pour ces remarques ! Vu qu'on utilise le plus souvent le nombre d'enfants par éducateur, il s'agit bien d'une augmentation... qui péjore gravement la situation. Cependant, vous avez raison de relever que l'expression est difficilement compréhensible. C'est pourquoi je l'ai corrigée en inversant les termes exprimant le taux.

Écrit par : Julien Nicolet | 27/09/2013

Cher Monsieur Nicolet,

si vous voulez être complet, il faut indiquer les prises de position des partis fasse au contre-projet sur les crèches... Car, même si aviez préféré l'IN le CP est tout de même une progression importante...

Et puis aussi les prises de position sur l'IN fédérale de l'UDC sur la garde des enfants à la maison, car c'est aussi une initiative sur les familles. Même si la conception de la famille est "ancienne".

Écrit par : Philippe C. | 27/09/2013

-

Etonnant commentaire d'un enseignant qui ne s'est pas
embarrassé de prendre en otage ses élèves, la communauté
des parents et sa direction d'école lors des dernières
festivités de l'Escalade au Cycle d'orientation de Drize.

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2012/11/30/sequestrer-des-conseillers-d-etat-a-la-bonne-heure.html

Bon vent Monsieur Nicolet !

Occupez-vous de votre petite famille plutôt que d'écrire
des âneries sur votre blog ! Elle en vaut bien plus la
peine que l'ensemble de la classe politique, tous bords
confondus !

http://www.youtube.com/watch?v=R25wDFTPNAU

:-)

Écrit par : Alain Fernal | 29/09/2013

Merci pour vos commentaires, Philippe et Alain. Si le premier apporte un éclairage incontestable sur la question, le second illustre malheureusement le désarroi de ceux qui face à des faits incontestables (car vous aurez de la peine à démontrer que, contrairement à d'autres blogs de cette plateforme, les faits que j'avance sont systématiquement étayés) se réfugient dans l'agressivité et les faux-fuyants.
Mais bon, puisqu'on ne choisit pas ses contradicteurs, je me permettrai de rappeler que l'épisode de l'Escalade s'inscrit précisément dans ce combat pour une formation de qualité, dans un contexte où la droite refusait les crédits pourtant promis à la population dans le cadre de la votation pour le nouveau cycle. On peut contester notre méthode, mais user d'un cliché aussi éculé que "la prise d'otage" pour qualifier cette action est complètement hors de propos, ne serait-ce que parce qu'il s'agissait de donner des cours en lieu et place de divertissements, ce qui est, jusqu'à preuve du contraire, le but principal de l'école.
Plus de détails sur cette question:
http://juliennicolet.blog.tdg.ch/archive/2012/11/index.html

Écrit par : Julien Nicolet | 29/09/2013

Les commentaires sont fermés.