UA-74655322-1

18/09/2014

Payer pour voter ?

Dans notre regard sur le projet de budget présenté aujourd'hui par le Conseil d'État, laissons aux spécialistes le commentaire des nombreuses coupes opérées en particulier dans les services sociaux.

Concentrons-nous sur une modeste ligne, la septième, où il est proposé de rendre payant l'envoi des enveloppes de vote.

Capture du 2014-09-18 21:30:49.png

Économie escomptée ? 500'000.- dans les comptes de l'État. Mais rien du tout pour les citoyens, puisqu'il s'agit de prendre dans la poche des électeurs ce que les contribuables économisent. Les deux groupes étant à peu près identiques, on réalise vite le non-sens économique de la mesure...

IMG_20140918_190652.jpgEn revanche, en termes de symbole (mais aussi de sens pratique), le département présidentiel commet une lourde erreur. Il ne s'agit pas d'ergoter sur la valeur des 4 ou 5 timbres annuels, mais bien de relever que ce changement équivaut à l'introduction d'une "poll tax" qui, indépendamment de son montant, ne peut que décourager les électeurs peu enthousiastes, les plus jeunes en particulier, et conforter les abstentionnistes dans leur attitude.

On dira qu'il reste possible de se rendre au bureau de vote, de voter par Internet. C'est faire semblant d'ignorer que l'immense majorité des voix parviennent à la Chancellerie par la poste et qu'il semble évident que, par frustration ou par oubli d'acheter un timbre, le taux de participation ne peut que baisser suite à une pareille décision. Pire, on peut faire le pari que, tendanciellement, ceux qui feront encore l'effort de voter seront ceux dont la voix tonne le plus fort, les extrémistes dont les positions politiques peinent à dépasser l'expression de leur "ras-le-bol" permanent.

Le discours sur l'abstentionnisme est bien rôdé. "C'est regrettable !", "Il faut lutter contre !", "Le droit de vote ne s'use que lorsque l'on ne s'en sert pas !",... On va jusqu'à organiser un concours de courts-métrages par et pour les jeunes (Ça ne coûte pas cher, de faire bosser les aspirants-réalisateurs à l'oeil...).

Le département présidentiel, en introduisant le surprenant principe de l'électeur-payeur tend à confirmer que l'écart entre les paroles et les décisions politiques est parfois abyssal dans notre canton...

Commentaires

"de voter par Internet"
en ville de Genève, je n'aurai pu qu'une seul fois pour un test durant une votation, mais la procédure me semblait douteuse donc j'ai préféré le faire a l'habituel par la poste.

Cette économie est absurde comme plusieurs autres que le gouvernement propose. Pire elle va augmenter la "fracture sociale" et creuser l’écart toujours plus grand entre riche et pauvre.

Il existe des possibilités d'augmenter les recettes fiscales via des taxes immobilières, les forfaits fiscaux a abolir, les multinationales qui paient des impôts réduits face aux entreprises, les secteurs bancaires et de négoces de matières premières, etc.

Écrit par : Steve Roeck | 19/09/2014

Les commentaires sont fermés.