UA-74655322-1

18/01/2015

Une assourdissante minute de silence

Aux dernières nouvelles, la majorité et l'opposition françaises se sont lancées dans une surenchère d'inflexibilité contre les manifestations hostiles aux minutes de silence et autres minute de silence2 .jpgexpressions d'une affliction imposée à tous les hérauts et pupilles de la République.

On envisage, semble-t-il de révoquer une pervenche rebelle, la ministre de l'éducation ose estimer que, dans les écoles, "il y a eu trop de questionnements de la part des élèves"... et l'opposition caquette en exigeant des mesures encore plus dures que celles qu'envisage le gouvernement en place...


La tournure affligeante que prend ce psychodrame me renvoie au 24 avril 2010. L'affreux Samaranch avait passé son Mauser à gauche trois jours auparavant et quelques milliers de coureurs s'apprêtaient à se lancer sur le parcours des 20 kilomètres de Lausanne. Quelques minutes avant le départ, le speaker prononce un obséquieux hommage au collaborateur zélé de Franco et demande aux participants une minute de silence en sa mémoire. Un poing se lève, le mien, suivi d'une voix, la mienne: "... et à la mémoire de toutes ses victimes !".

Comme j'ai eu l'occasion de le dire, la tuerie de Charlie Hebdo m'a personnellement bouleversé. Et pourtant, les gesticulations nationalo-républicaines orchestrées par le gouvernement français m'apparaissent presque aussi insupportables que celles des organisateurs de la course lausannoise. Pour deux raisons principalement:

- La première est évidente. La liberté d'opinion doit être particulièrement choyée dans un moment où elle est précisément remise en cause. Imposer à ses employés, à ses élèves, de partager un deuil qui ne les afflige pas est parfaitement ridicule. S'offusquer de leur irrespect et de leurs questions est aberrant. On préférera toujours celui qui agit à contre-courant pour de mauvaises raisons à celui qui se taira pour ne pas s'attirer des ennuis.

- La seconde est en tout cas aussi importante. Une minute de silence, un instant de recueillement, c'Prophete.jpgest un symbole. Comme un dessin, ce n'est pas le réel, c'est une manifestation censée représenter le réel. La différence est énorme.

La minute de silence n'est pas le deuil, preuve en est le nombre élevé d'hypocrites ayant respecté scrupuleusement ces salamalecs alors qu'il n'en avaient rien à fiche. Or, précisément, le travail de Charlie Hebdo consiste à faire réaliser la différence qu'il y a entre un symbole (un dessin fait d'encre et de traits, un texte qui cherche à agencer deux-trois idées) et le réel (des pauvres humains essayant tant bien que mal de cohabiter sans trop se bouffer le nez). Les dessinateurs l'ont payé de leur vie, puisque les fondamentalistes ne se sont cette fois pas contentés de brûler des effigies ou des drapeaux, attitudes certes agressives et peu réfléchies, mais somme toute difficilement condamnables puisqu'à peu près symétriques.

En condamnant à des peines matérielles (amendes, punitions, révocations...) des personnes coupables de forfaits contre des symboles, l'État accrédite l'idée - en soi irrecevable - d'un fanatisme laïque, dont les minutes de silence, les écharpes de Maire et les Mariannes seraient les eucharisties, les chasubles et les crucifix... C'est une grave erreur et c'est rendre un hommage bien lamentable aux victimes des tueries d'il y a dix jours.

Commentaires

Je suis personnellement convaincu par votre thèse.

Se peut-il que le choc créé par les évènements (ou par leur traitement médiatique) nous laisse dans un état de réactivité émotionnelle épidermique et d'incapacité de réflexion sereine et posée ? Se pourrait-il même que l'état soit tel que nous serions incapables de réaliser que nous serions dans cet état ? Le cas échéant, sommes-nous en Suisse Romande traumatisés comme les Français ?

Et après combien de temps serions-nous capables de porter un regard critique sur notre propre réaction épidermique ?

Peut-être est-il encore un peu tôt pour critiquer notre comportement collectif, mais merci de votre apport à ce débat.

Écrit par : Laurent Hirsch | 22/01/2015

Les commentaires sont fermés.