UA-74655322-1

21/09/2016

Fermer des routes pour limiter le trafic pendulaire ? Chiche ?

Enfin... enfin voilà le DETA qui, au lieu de prétendre "fluidifier le trafic" par des mesures démagogiques, semble comprendre que ce n'est pas en facilitant le transit qu'on obtiendra du report modal. Enfin, on parle de limiter le trafic, on imagine même fermer des routes aux heures de pointe...

Sauf que, les seuls axes visés sont des routes transfrontalières et que, en l'absence de lignes de transports publics fiables et de mesures d'accompagnement, la mesure dévoilée hier par la Tribune ressemble plus à un outil de vexation des frontaliers ou de captage des voix MCG que de gestion cohérente du trafic.

Oui, les communes de Soral et de Chancy souffrent du trafic de transit. Mais leur plainte serait sans doute plus cohérente et audible si la majorité de leurs habitants - qui, eux, disposent de transports publics satisfaisants - n'allaient pas quotidiennement s'engluer dans les bouchons, sous les fenêtres des habitants de Lully, Plan-les-Ouates ou Bernex.

Il faut donc sans doute oser fermer des petites routes de campagne pour réorienter les flux sur les axes principaux, mais il ne faut pas le faire qu'à la frontière et, surtout, il faut proposer une alternative crédible de transport à ceux qui, pour leur travail ou la scolarisation de leurs enfants, passent quotidiennement de Valleiry à Chancy ou de Viry à Avusy.

On trouvera ci-dessous un carte où figurent, dans le secteur sud-ouest du canton, une dizaine de barrières qu'il serait opportun de fermer aux heures de pointe pour éviter que des flux de pendulaires ne nuisent à la qualité de vie des villageois. Toutes occasionneraient bien moins de difficultés que les quatre fermetures douanières proposées par le DETA, car toutes permettent d'être facilement contournées par un itinéraire de longueur comparable sur le réseau principal et, surtout, toutes relient des lieux déjà accessibles en transports publics.

Evidemment, du point de vue des villages genevois, elles sont nettement moins populaires car, comme je l'ai expérimenté lors de mon court passage au conseil municipal d'Avusy, ce sont les mêmes qui hurlent contre les frontaliers envahissant Sézegnin et qui refusent de limiter le trafic sur des petites routes rurales (en l'occurrence celle de Forestal) situées en aval de la commune...

Si le DETA veut rapidement faire la démonstration de sa bonne volonté (et de son absence d'électoralisme anti-frontaliers) dans la gestion du trafic pendulaire, je lui suggère de "tester" (puisque c'est l'argument en vogue pour expliquer la mise en application de projets bâclés) l'une ou l'autre de ces limitations...

 

 

Commentaires

Le principe que vous proposez semble bon, mais comme vous le relevez il faut impérativement prévoir des alternatives crédibles et donc des axes qui dégagent avec des ondes vertes dignes de ce nom.

Écrit par : Pierre Jenni | 22/09/2016

Les commentaires sont fermés.