UA-74655322-1

01/04/2017

Tarifs des TPG - bientôt easyBus ?

"Au DETA, on a toujour un coût d'avence !" L'oeil pétillant  de notre ministre des transports s'illumine, lorsqu'on évoque la votation du 21 mai prochain et sa probable troisième défaite d'affilée en matière de tarifs TPG...

Cela fait en effet plusieurs semaines que les économistes du département planchent sur une solution de tarification équitable et rémunératrice, en cas de refus populaire. Leur réflexion a été guidée par un constat fait par tous: C'est lorsqu'il y a le plus de trafic que les usagers des TPG sont les plus nombreux à se déplacer.

Cela génère d'inévitables ralentissements, les horaires ne sont plus tenus et la situation s'aggrave à chaque diminution de la cadence, au point que la fluidité du trafic des motos circulant sur les voies de bus s'en trouve affectée.

easytpg.pngLa solution proposée s'inspire d'un modèle économique plusieurs fois éprouvé. Il s'agit simplement de moduler les tarifs en fonction de la fréquentation.

Et, comme souvent au DETA, les choses ne traînent pas. Le bon sens est un outil qui permet de se dispenser de toute analyse inutile et c'est donc dès aujourd'hui qu'il est possible d'acheter des billets à prix modulable sur le site des TPG et les applications mobiles.

Sans surprise, comme nous l'avons testé pour vous, vous payerez bien moins cher si vous utilisez les lignes périphériques aux heures creuses. Nous avons même pu obtenir un billet à quelques centimes pour parcourir la ligne 43 à 7h00.

En revanche, vous seriez mal inspirés si vous vouliez traverser le centre-ville aux heures d'affluence. De fait, la marche à pied ou même le taxi pourraient s'avérer plus intéressant, puisque le prix des billets pourra approcher les 20.-

Ce système coexistera avec les billets ordinaires jusqu'au 21 mai, puis le remplacera, en cas de refus populaire de la proposition de hausse des tarifs. Il ne s'agira formellement pas d'une hausse, puisque le prix moyen des billets proposés ne dépassera pas les valeurs fixées dans la loi actuelle.

On se souvient que les TPG avaient voulu imiter les réseaux de métro des plus grandes villes lorsqu'ils aeasytpg2.pngvaient réorganisé leurs trams en 2011. Une nouvelle étape est franchie, puisque c'est désormais, ce sont les compagnies aériennes qui sont utilisées comme référence.

Et le DETA ne compte pas s'arrêter là, dès le 1er avril 2018, les bagages de plus de 8 kg devront être enregistrés la veille et les passagers seront invités à passer un rapide contrôle de sécurité a

 

vant d'embarquer dans les véhicules.

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Un coup d’avance, oui mais il a 20 ans de retard votre Barthachat avec son modèle.

Le système de demain, c’est Ubus (ne pas oublier le « s » final).

Une solution connectée et intégrée dans tous les smartphone, dans laquelle le vote des internautes déterminera l’horaire, le trajet, le nombre et la fréquence des arrêts, ainsi que le prix de la course. Cerise sur le gâteau, le véhicule sera conduit par un des passagers, qui empochera au passage une commission égale à 10% du montant des billets payés par les autres (en attendant bien sûr le bus autonome, qui ne saurait tarder à arriver). Evidemment, chaque conducteur sera noté par les autres passagers, mais il pourra aussi donner son avis sur ceux qui ne joueraient pas le jeu, ou dont la tête ne lui reviendrait pas. Au bout d’un certain nombre de votes négatifs, interdiction de monter dans le bus.

Evidemment sans smartphone ni carte de crédit, pas de TPG. Mais les réfractaires (personnes âgées et autres) pourront toujours opter pour un taxi traditionnel. Tant qu’il en restera.

Écrit par : mikhail | 01/04/2017

Les commentaires sont fermés.