UA-74655322-1

26/02/2018

Supprimons les JO d'hiver !

Par -8° face à la bise, j'écoutais ce matin, sur mon vélo, l'analyse des reporters de la RTS suite aux JO d'hiver de Pyeongcheang qui se sont terminés hier. Deux éléments m'ont fait sourire dans le blizzard...

Des jeux à 12 millions ?

sotchi.jpgA trois reprises, les journalistes ont affirmé, sans se reprendre, que ces jeux avaient coûté 12 millions de francs, somme qui leur semblait raisonnable en regard de ceux de Sochi, 3 fois plus chers.
Sauf que... c'est bien à 12 milliards que la facture s'est élevée. Le montant est si démesuré que nos spécialistes n'ont pas réalisé qu'ils le divisaient par mille. Autrement, dit, 12 millions c'est le coût de 20 minutes de jeux et non de deux semaines !

 

 

Des jeux hors sol ?

S'en est suivi un vibrant plaidoyer pour le rapatriement d14396618.jpges jeux dans leur région d'origine, les Alpes, partant du constat que les Coréens ne se sont, sans surprise, pas enthousiasmés pour nos slalomeurs et nos bobeurs...


Et pour cause, si les JO d'été peuvent prétendre assumer leur vocation d'universalité, ceux d'hiver ne concernent qu'un petit groupe de pays, ceux pour qui l'hiver existe et dont les citoyens ont le moyen et l'envie de se payer de skis ou des patinoires...

Il n'y a qu'à observer le palmarès des médailles pour constater qu'on n'y retrouve que des pays qui rivalisent par leur richesse, leur climat boréal et leur insignifiance démographique...

Car s'il est possible de rêver de titre olympique en s'entraînant avec une paire de baskets, un ballon ou une barre fixe, aucun-e jeune indien-ne, brésilien-ne ou kényan-ne ne peut s'imaginer gagner une médaille de curling ou de saut à ski...

Que dirions-nous, si le CIO s'avisait d'organiser des JO de la mousson, dans lesquels seuls des sports praticables sous des averses torrentielles seraient pratiqués et les présenteraient comme universels ? Rien sans doute, car ni les Indonésiens, ni les Gabonais ni les Surinamais n'ont l'outrecuidance de penser que leurs loisirs locaux puissent avoir une valeur universelle.

Pour toutes ces raisons, le CIO serait bien inspiré de supprimer les JO d'hiver de leur calendrier... et les autorités valaisannes et suisses de renoncer à participer à cette mascarade néo-coloniale...