UA-74655322-1

22/12/2011

Fenêtre n°22: Joyeux solstice, et bonne année 2012 !

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


Parmi les sciences naturelles, j'ai une affection particulière pour l'astronomie. Peut-être est-ce dû à l'extraordinaire capacité de vulgarisation de la plupart des astronomes que j'ai croisés, lorsque j'ai eu la chance de participer à deastronome.jpgs missions d'observation, au Chili, au Mexique et dans l'Oberland bernois.

Grands enfants émerveillés et scientifiques de haut niveau, ils parlent avec passion de leur ciel, de leurs recherches, des découvertes de leurs collègues de maintenant et de jadis.

L'Observatoire de Genève est sans doute l'institut universitaire qui reçoit le plus d'appels de curieux. Phénomène insolite ou OVNI présumé, chaque semaine, des curieux posent des questions aux astronomes. C'est pourquoi un site internet recueillant des questions du public a été ouvert entre 1999 et 2002. La compilation des réponses a permis de produire un ouvrage
, 300 questions à un astronome, passionnant tant par l'originalité de certaines questions, que par la rigueur scientifique des réponses apportées.

A 6:29 ce matin, l'axe de rotation de la Terre a atteint son angle d'inclinaison maximum avec le plan de l'écliptique. C'est le solstice d'hiver. Dès aujourd'hui les jours recommencent à s'allonger.

Le solstice est un événement culturel important dans les pays subissant de fortes différences de luminosité entre l'été et l'hiver. C'est pourquoi beaucoup de traditions fêtent ce passage et c'est pour cela que les chrétiens ont imaginé la naissance de Jésus à ce moment de l'année.

Ce calendrier ayant été présenté comme laïc, nous considérerons que la proximité du solstice est ce qui, au-delà des croyances et des incroyances, crée l'atmosphère particulière du mois de décembre. C'est pourquoi cette 22e fenêtre sera la dernière de ce calendrier !

JOYEUX SOLSTICE ET BONNE ANNÉE 2012 !



07:52 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : astronomie, solstice |  Facebook | |

21/12/2011

Fenêtre n°21: Dépression islandaise

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


Quel meilleur cadre que les longues nuits froides et humides de la fin décembre pour se plonger dans un roman
arnaldur-indridason-hiver-arctique.jpgd'Arnaldur Indridason ? Au-delà d'une intrigue policière bien tournée, mais sans retournements machiavéliques, suivez un flic semi-dépressif, errant dans une Islande mal réveillée.

A l'envers des paysages volcaniques grandioses, on découvre une île sombre et pluvieuse, aux placards plein de squelettes. Au cas où un excès de bonne humeur insolemment optimiste vous guetterait, plongez dans l' Hiver Arctique !

21:27 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : indridasson, islande |  Facebook | |

20/12/2011

Fenêtre n°20: Vive la géographie !

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.

Brunet.jpg
Si vous n'êtes pas convaincu du talent et du charisme et même du sens de l'auto-dérision d'une part importante des grands géographes francophones contemporains, je vous invite à fréquenter les conférences et les débats du Festival International de Géographie, qui se tient chaque année en octobre à St-Dié-des-Vosges. Vous écouterez, échangerez et débattrez avec des dizaines d'entre eux dans une ambiance mi-scientifique, mi-vulgarisatrice.

En préambule, plongez-vous dans Les mots de la géographie (Reclus) dirigé par Roger Brunet. Éminentissime géographe, refondateur de l'école français, Brunet propose un dictionnaire d'apparence austère.

La lecture des quelque 5'000 définitions est pourtant savoureuse. Les auteurs parviennent à faire la synthèse entre le sens technique du mot, ses représentations, les usages et mésusages faits au cours des temps, tout en y adjoignant des citations littéraires ou scientifiques.

Quel plaisir que de piquer au hasard une poignée de définitions pour égayer sa journée !

brunet ex.jpg

08:33 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brunet, géographie |  Facebook | |

19/12/2011

Fenêtre n°19: Un soupçon de philosophie

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


Alors que la philosophie devrait permettre de mettre en mots nos mécanismes de pensée, j'ai de la peine à expliq
gaarder patience.jpguer clairement ce qui meGaarder cirque.gif plaît chez Jostein Gaarder. Philosophe sans avoir l'air d'y toucher, romancier sans éclat stylistique, composeur d'intrigues enchevêtrées et déroutantes, il embarque le lecteur de gare comme l'érudit dans des centaines de pages qui, si elles se lisent sans difficulté, donnent au lecteur l'impression de devenir plus malin, sans pouvoir d'ailleurs expliquer en quoi...

Plutôt que Le Monde de Sophie, tout de même très didactique, j'ai dévoré Le mystère de la patience et La fille du directeur de cirque.

08:07 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaarder, philosophie |  Facebook | |

18/12/2011

Fenêtre n°18: L'histoire nous apprend que nous n'apprenons rien de l'histoire...

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


"L'histoire nous apprend que nous n'apprenons rien de l'histoire..." Et pourtant, le décompte des références historiques dans les discours politiques (et par
Histoire africaine.JPGfois même publicitaires) est proprement stupéfiant, comme l'est la volonté de contrôle des Etats, même les plus démocratiques, sur la façon de transmettre l'histoire, notamment dans le cadre scolaire. On se rappelle les débats sur le "rôle positif" de la colonisation ou sur le "rapport Bergier".

Recherche de légitimation ? Volonté de s'inscrire dans le continuum des glorieux ancêtres ? Expédiant permettant de faire mousser le sentiment national ? Les motifs sont aussi nombreux qu'inavouables pour se lancer dans le jeu de la reconstruction à son profit du passé. Jeu d'autant plus attirant que les principaux intéressés ne risquent pas de venir se plaindre du portrait qu'on trace d'eux.

Dans ce domaine, N. Sarkozy a osé franchir deux paliers. D'une part, il est allé à Dakar expliquer avec la plus insoutenable franchise qu'il estimait que "l'homme africain n'était pas entré dans l'histoire". D'autre part, il a réussi à instrumentaliser les figures historiques qui, d'habitude, servaient de caution historique aux mouvements progressistes. On pense bien entendu à Jean Jaurès et à Guy Môquet. Mais on pourrait également citer Léon Blum, Victor Hugo, Jules Ferry ou même Claude Lévi-Strauss.
Sarko.jpg
Ces deux attitudes lui ont valu une série de réponses cinglantes, regroupées dans deux ouvrages proposés par des collectifs d'historiens:

- Petit précis de remise à niveau sur l'histoire africaine à l'usage du président Sarkozy (La Découverte, 2008) - recueil d'articles parfois assez ardus, démontrant de façon éloquente les évolutions historiques des populations africaines.

- Comment Nicolas Sarkozy écrit l'histoire de France (Agone, 2008) - Sorte de dictionnaire des usages abusifs de l'histoire, il est le premier ouvrage du CVUH (Comité de vigilancem face aux usages publics de l'histoire).

22:14 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, école, sarkozy |  Facebook | |

17/12/2011

Fenêtre n°17: La bona lingvo

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


Peu de Lémaniques savent qu'un des plus grands romanciers en espéranto a vécu de nombreuses années, à Gland, parmi eux. Claude Piron a eu une trajectoire peu commune qui l'a fait passer des cabines d'interprétation des Nations-Unies à la faculté de psychologie de l'Université de Genève où il a donné plusieurs années de cours.

Truculent petit personnage, jamais avare d'une anecdote glânée en Chine, en Amérique du Sud ou en Belgique, il s'est fait connaître pour ses romans policiers et ses nouvelles, dans lesquelles il use et abuse avec délectation des
La_bona_lingvo.jpgmille et une possibilités poétiques de la langue de Zamenhof.

En bon universitaire, il a également publié quantité d'études scientifiques démontrant avec rigueur les avantages de l'espéranto sur les plans économique, social, diplomatique, psychologique. En vulgarisateur hors pair, il a réuni le fruit de ses réflexions dans un ouvrage très abouti: Le défi des langues (L'Harmattan, 1994).

Dans La bona lingvo (Pro esperanto, 1989), il s'adresse au lectorat espérantophone, de façon très simple, pour faire le bilan des raisons pour lesquelles il y a lieu de qualifier cette langue de "bonne". Ainsi il parvient à faire approcher le génie d'une langue à ses locuteurs au quotidien, qui en profitent, en jouissent parfois, sans en saisir les mécanismes psychologiques:
Comment se fait-il que tous les locuteurs de l'espéranto trouvent la même tournure plus élégante qu'une autre, quand bien même elle est souvent plus éloignée de leur langue d'origine ? Comment se fait-il que nous créons spontanément des mots en espéranto, que nous serions bien incapables de traduire dans notre langue maternelle ? Comment se fait-il que l'intuition soit plus efficace que la rigueur et le bachotage pour bien s'exprimer en espéranto ?

Décidément, il n'y a pas de mauvaises raisons de consacrer quelques heures à apprendre cette langue !

16:14 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : espéranto, langues |  Facebook | |

16/12/2011

Fenêtre n°16: La Chinafrique

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.Chinafrique.jpg


Entre l'Afrique et la Chine, on peinerait à départager le vainqueur, au concours des fantasmes occidentaux.

Pays mystérieux, riches de ce que nous n'avons pas et inversement, futurs concurrents et actuels esclaves... Le mélange devient soudain explosif, lorsqu'on s'aperçoit que l'un (La Chine) s'avise d'exploiter l'autre (L'Afrique), mission que les Européens croyaient leur être éternellement dévolue depuis la riante époque de Tintin au Congo.

Serge Michel et Michel Beuret, accompagnés par l'excellent photographe Paolo Woods, ont sillonné l'Afrique, à la recherche de ces conquérants chinois et sont revenus avec un recueil de chroniques finement ciselées (La Chinafrique, Grasset, 2008).

Oui, la Chine est présente en Afrique, de l'Algérie à l'Angola, du Gagon au Soudan. Oui la Chine se contrefiche des conditions sociales, environnementales et politiques dans lesquelles elle travaille.

Mais alors pourquoi les pays africains acceptent-ils de travailler avec eux ? Pourquoi nous abandonnent-ils ainsi ? Serait-ce parce qu'au fond, les exploiteurs chinois se comportent malgré tout mieux que les Européens ? Parce que les Chinois considèrent les Africains comme des partenaires et non des assistés ?


15/12/2011

Fenêtre n°15: Calendrier en grève !

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


CALENDRIER EN GRÈVE


Conscient de la valeur de son service à la population, ce calendrier de l'Avent laïc marque sa solidarité avec la fonction publique genevoise et tous ses usagers. C'est pourquoi il se met en grève et ne propose aucune lecture à ses usagers de ce jour !

C'est en effet l'intégralité des résidents et visiteurs de ce canton qui est visée par les restrictions budgétaires faites au coupe-coupe par le Conseil d'Etat, avec, comme d'habitude, un préférence pour les fragiles et les démunis, principaux bénéficiaires d'un service public de qualité.

La fonction publique est en grève. On peut, sans se tromper complètement, le voir comme une forme de corporatisme. Mais je ressens chez mes collègues surtout une lassitude d'être systématiquement mis en première ligne, avec des moyens de plus en plus réduits, pour affronter des usagers de moins en moins satisfaits.

Contribuables ? Usagers ? Fonctionnaires ? Employés du privé ? Nous avons tous intérêt à un titre ou à un autre à ce que l'Etat fonctionne correctement, que les services les moins valorisés ne soient pas sous-traités et que l'Etat-employeur respecte les engagements contractuels qui le lient à ses employé-e-s.


Quelle qu'en soit la raison, quel que soit votre statut, venez toutes et tous manifester notre refus de ces coupes budgétaires, à 16h30 devant les canons !