UA-74655322-1

03/02/2014

"Il ne faut pas croire tout ce qui circule sur Internet" (A. Chavanne - 1916-1990)

Mon billet de samedi était inspiré, cela me semblait évident, par la subtile crétinerie des complotisto-extrêmistes qui déversent anonymement leur amertume outragée et leur haine d'un système qu'ils ne prennent pas même la peine de connaître à longueur de statuts, de posts, de blogs et de commentaires.

Il s'agissait d'une parodie, en l'occurrence des oiseux débats sur la prétendue "théorie du genre" qui ébranlerait l'école française et tenterait manifestement de passer le Jura pour empoisonner notre quiétude scolaire. On aurait d'ailleurs pu parodier tous les autres (dés-)astres de cette galaxie négationniste: homophobie, négationnisme, ultra-conservatisme, antisémitisme, fondamentalisme religieux,...

Ma volonté satirique semblait évidente, puisque je mêlai grossièrement des exagérations, des déformations, des procès d'intention et des élucubrations sans fondement, pour reproduire fidèlement la recette des conspirationnistes, tout en ayant choisi un sujet (la sécurité routière) dont le bien-fondé ne devait pas prêter à discussion.

Surprise ! La plupart des commentaires - presque tous anonymes ! - me démontraient que le texte avait été pris au premier degré, sans en percevoir sa portée parodique. Démonstration plutôt inquiétante du manque complet de distance critique d'une part importante du lectorat face aux informations diffusées sur la toile, lectorat qui est pourtant le premier à affirmer ne pas se laisser avoir par les "mensonges du système" !

Dès lors que la population cesse de maîtriser les outils qui lui permettent de distinguer le vrai du probable et le probable du mensonger, il y a de quoi nourrir des craintes pour la viabilité de la démocratie, qui ne peut reposer que sur un contrat de confiance quant aux faits et un contrat de dialogue libre quant à leur interprétation.

Concluons avec une autre mystification anecdotique qui a bien fait rire le féru de géopolitique des Balkans que je suis: Un facétieux utilisateur de GCapture du 2014-02-03 08:43:45.pngoogle Maps a réussi à faire inscrire sur une douane secondaire gréco-macédonienne "Dojran border - Macedonia - Former Ottoman Province of Greece".

Lorsque l'on se rappelle le conflit entre la Grèce et la Macédoine, suite à l'indépendance de cette dernière, qui l'a conduite à n'être reconnue par l'ONU que sous le nom d'"Ancienne République Yougoslave de Macédoine", lorsqu'on sait l'extrême susceptibilité du pouvoir grec face au passé ottoman de la péninsule et aux tensions existant encore entre la Turquie et la Grèce, on ne peut que saluer l'ironie de l'auteur... et s'étonner de l'ignorance des gestionnaires de Google Maps...

Quand on vous dit qu'il ne faut pas tout croire ce qui circule sur Internet...

08:55 Publié dans Complot | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |