UA-74655322-1

22/03/2014

Pierre Bayenet: un irrépressible désir de justice...

Les juristes de gauche méritent notre admiration ! Alors qu'en bonne logique, leur spécialité devrait ne séduire que des femmes et des hommes épris d'équité et... de justice, ils se voient contraints d'évoluer dans un monde sociologiquement très libéral, dans lequel la perspective d'importants revenus glânés en révélant les failles du droit à quelque puissant prend trop souvent le pas sur l'idéal humaniste.

Et pourtant, ils restent sereinement persuadés que l'application du droit est la clé de la justice sociale, que la protection des plus faibles, victimes comme des coupables, ne peut être garantie sans un respect total des règles égalitaires fixées par la société pour tous et toutes. Et ils ont sans doute raison.

Leur souci de précision et leur refus de l'emportement les font parfois passer pour des tièdes, alors que, au contraire, il sont animés par la conviction que c'est en évitant de dire n'importe quoi qu'on peut emporter une cause.

Je ne connais que très mal Pierre Bayenet. Le peu que j'ai échangé avec lui - Il s'agissait de Pierre Bayenetsavoir si des détenus n'ayant enfreint que la LÉtr se trouvaient à Champ-Dollon, peu avant que les médias le confirment - m'a convaincu que le bonhomme correspond au portrait tracé ci-dessus, et que sa persévérance dans sa volonté d'obtenir les informations qu'il estime publiques en feraient un Procureur Général juste, précis et obstiné dans sa volonté d'application du droit, face au fort comme au faible.

Ses adversaires brandissaient jusqu'à peu un argument massue: Le Procureur actuel aurait remis de l'ordre dans la maison, suite au désastre de son prédécesseur, et cela devait justifier en soi qu'on lui accorde un nouveau mandat.

C'est bien faible, et sans doute faux, puisque le hasard du calendrier vient de mettre en lumière de façon éclatante les conceptions opposées des deux protagonistes de cette élection. Le 14 février, le Tribunal Fédéral rendait en effet un arrêt dans une affaire qui opposait Me Bayenet au Procureur Général sortant.

Ce dernier estimait en effet que les plaignants nécessiteux qui attaquaient en justice des commis de l'État ne pouvaient bénéficier d'un soutien public pour payer leur avocat. Par là-même, il bafouait un droit essentiel que tout État moderne se doit d'accorder scrupuleusement à quiconque, fût-il pauvre ou criminel ou étranger ou les trois à la fois: le droit de pouvoir assurer sa défense. Par là-même, il soutenait l'idée irrecevable que, dans les affaires impliquant l'État, celui-ci est de facto juge et partie, ce qui l'empêcherait de financer la défense de celui qui l'attaque. Il va de soi que l'arrêt du Tribunal Fédéral a donné raison à Pierre Bayenet...

C'est précisément l'impartialité, l'application du droit et l'indépendance totale de la justice que Pierre Bayenet entend défendre mieux que son adversaire. C'est pour cela qu'il faut l'élire, c'est pour cela que je crois qu'il fera un excellent Procureur Général.