UA-74655322-1

07/11/2013

Le mystère de la manchette détournée...

Décidément, la gent journalistique* semble être bien procédurière, et pour tout dire, un tantinet soupe-au-lait face aux efforts méritoires des syndicalistes qui essaient de sortir des sempiternelles manifs-grèves pour faire entendre leurs revendications.

C'est ainsi que, alors qu'un plaisant et talentueux anonyme sympathisant de la courageuse grève des employés de Gate Gourmet (le comité de soutien aux grévistes m'affirme en effet ignorer son identité) s'est permis d'afficher hier de fausses manchettes de La Tribune, le quotidien n'a pas d'autre réaction que de brandir la menace d'un dépôt de plaintetopelement.jpg.

Nous n'affirmerons pas que cette action est complètement conforme au code pénal, mais on aurait préféré un coup de chapeau de la rédaction face à une action qui cumule l'absence de contrainte, de violence, de prise d'otage, bref de de tous ces poncifs de "vrais citoyens" excédés sur commande que la presse adore interroger lors de ce genre d'action.

Bref, si j'osais le faire sans consulter mon avocat sur la légalité de cette louange, j'adresserais mes sincères félicitations à celle ou celui qui a imaginé, réalisé et affiché cette manchette...


*Cette histoire me rappelle en effet la ridicule cacophonie médicatico-juridique orchestrée par un journaliste de la place et un Pierre Weiss bien mal inspiré, lorsqu'une députée-syndicaliste avait "révélé" que, dans une discussion à bâtons rompus sur les moyens originaux de réclamer de l'État qu'il tienne les promesses faites aux élèves et à leurs parents, un collègue avait proposé de "séquestrer" un Conseiller d'État.