UA-74655322-1

24/10/2011

L'écologie, ce n'est pas le capitalisme, plus des panneaux solaires...

"La défaite des Verts n'en est pas une, puisque leur recul est causé par l'adoption de leurs idéaux par les partis du centre". A combien de reprises avons-nous dû subir pareille ineptie dans la bouche d'un commentateur (parfois même issu des Verts) entre hier et aujourd'hui ?

ecochaine.jpgAinsi, on ramène d'un coup des décennies de lutte politique à quelques plans sur la comète, parmi lesquels le plus marquant est l'abandon du nucléaire (d'ici six législatures tout de même - autant dire que du Césium aura coulé sous les ponts d'ici là.), sortis in extremis du chapeau électoral de notables nantis qui, jusqu'alors, ne connaissaient de l'écologie que le filtre à particules de leur 4x4.

Or tous ceux qui ont mené ces luttes savent pertinemment que, si l'on veut minimiser notre prédation des ressources naturelles, il faut avant tout réduire les inégalités sociales. En effet, il y a une corrélation nette entre l'empreinte écologique et le niveau de revenus des individus et des sociétés. Nous avons tous entendu des théories, parfois séduisantes, prétendant qu'un "découplage" entre croissance des richesses et croissance de la prédation était possible ou affirmant que l'économie se dématérialisant, l'impact écologique de la richesse serait moindre. Les faits démontrent qu'elles ne tiennent pas la route...

Partant de ce constat, une réduction globale de la voilure ne peut passer que par le porte-monnaie (Les plus riches accaparant les ressources de plus en plus rares et gérant un Etat dont la mission principale serait d'endiguer la violence des laissés pour compte), par la redistribution (L'Etat demandant aux nantis de produire des efforts particuliers, dans le but de rendre acceptables les efforts demandés aux démunis) ou par une transformation sociale (La société cesse de croire que c'est par la consommation qu'elle atteindra le bonheur et en tire les conséquences sur les plans économique et social). Il va de soi que la première solution n'étant moralement pas soutenable, c'est du côté des deux autres qu'il faut lorgner. Ce n'est pas un hasard si c'est du côté des économistes (Jean Gadrey, Bernard Maris, Serge Latouche...) qu'on rencontre les textes francophones parmi les plus pointus et les plus novateurs en matière d'écologie politique.

Lire la suite

04/09/2011

PLR: Avant de surveiller les frontières, il faudrait savoir où elles sont !

 

J'ai eu le douteux privilège d'assister au discours du 1er août de Pierre Weiss, invité de ma commune de domicile. Je dis bien « assister », car après quelques pontifiantes prémices, le brouhaha des indisciplinés et des indignés l'a progressivement rendu inaudible.

Indignés ? En ce qui me concerne, dans un premier temps, j'ai simplement cru qu'il avait par mégarde échangé son discours avec un de ses nouveaux camarades UDC, et que, enhardi par l'excellent gamay local, il ne s'en était pas rendu compte.

En effet, il était surtout question de criminels étrangers, de frontières qu'il fallait surveiller, de garde-frontière qu'il fallait multiplier et de caméras électroniques qu'il fallait installer. Aucune proposition, en revanche, pour juguler la criminalité des mafieux qui viennent blanchir leur sale trésor à l'ombre du jet d'eau.

Lire la suite