UA-74655322-1

amnistie fiscale

  • Espéranto 2: Sus aux fripons - Haltigu la friponojn !

    Imprimer

    Vu le succès de ma première note vous invitant à l'apprentissage de l'espéranto, voici la 2e leçon:

     

    Apprendre l'espéranto 2: Haltigu la friponojn - Sus aux fripons !


    Ma note du 12 janvier vous proposait de découvrir à la fois le fonctionnement de l'espéranto et les causes profondes de la crise du logement à Genève.
    zamenhof.jpg
    Aujourd'hui, au menu: Les mots interrogatifs qui vous permettront de partager mes doutes sur le sens moral de ceux qui se veulent indulgents avec les riches fraudeurs et intransigeants avec les voyous à la petite semaine...


    Au cours des prochaines semaines et à intervalles irréguliers, je vais essayer de continuer à vous initier aux subtilités de cet idiôme. Si vous vous prenez au jeu et que ce rythme ne vous convient pas, je vous suggère de rendre visite à l'excellent site lernu.net, dédié à l'apprentissage de cette langue.


    Texte en espéranto
    Traduction
    Remarques
    Multaj Ĝenevanoj pagas bone la imposton. Sed kelkaj friponas.
    Beaucoup de Genevois paient bien leurs impôts. Mais quelques-uns trichent.
    - Le suffixe "-an-" signifie "membre de..." (Ĝenevo = Genève -> Ĝenevano = habitant de Genève, ~ Genevois)
    - Les adverbes se terminent tous par "-e". N'importe quel mot peut être transformé en adverbe.
    - On ajoute
    "-n" aux compléments du verbe direct. Cette forme d'accusatif est peu intuitive pour les francophones, mais permet de modifier aisément l'ordre des mots.
    - Les possessifs (mon, ton,... - mia, via,...) existent, mais ne sont pas utilisés quand le sens est évident.
    Kelkaj politikistoj volas senkulpigi ilin.
    Quelques politiciens veulent les innocenter.
    - Le suffixe "-ist-" signifie "spécialiste de..." (politiko = politique -> politikisto = politicien)
    -
    La préposition "sen" (sans), comme toutes les autres, peut s'utiliser comme préfixe.
    - Le suffixe "-ig",très utile, à le sens de "rendre", "faire". Il permet de transformer un nom ou un adjectif en verbe (kulpo = faute -> kulpigi = rendre fautif -> senkulpigi = innocenter)
    Kiom da ĝeneva mono ili ŝtelis ?
    Combien d'argent genevois ont-ils volé ?
    - Les mots interrogatifs commencent par "k-". Leur terminaison indique le sens ("-iom"= "quantité" -> "kial" = "combien" ?
    - La terminaison "-is" marque les verbes au passé.
    - (rappel) La terminaison "-a" permet de créer des adjectifs.
    Kial oni devus kuraĝigi friponemon ?
    Pourquoi devrait-on encourager la fraude ?
    - Les mots interrogatifs commencent par "k-". Leur terminaison indique le sens ("-ial"= "raison" -> "kial" = "pourquoi" ?
    - La terminaison "-us" marque les verbes au conditionnel.
    - Le suffixe "-em-" signifie "enclin à..." (fripono = tricheur -> friponemo = inclination à tricher, ~ fraude)
    - On peut former n'importe quel mot en combinant radicaux, préfixes, suffixes et terminaisons.
    - La terminaison "-i" marque les infinitifs.
    Pro kia kialo oni ne kondamnu ilin ?
    Pour quelle raison ne devrait-on pas les condamner ?
    - Les mots interrogatifs commencent par "k-". Leur terminaison indique le sens ("-ia"= "type de..." -> "kia" = "quelle type de" ?
    - Le mot "kialo" est simplement le nom dérivé de l'interrogatif "kial"=pourquoi -> raison, motif
    - La terminaison "-u" marque les verbes au volitif. Il s'agit d'un mode indiquant une volonté ou un ordre. Dans une interrogation, permet de rendre l'idée de devoir.
    Ĉu estu aparta leĝo por la riĉuloj ?
    Est-ce qu'il doit y avoir une loi particulière pour les riches ?
    - u" (= est-ce que) permet de construire une question fermée (réponse en oui ou non)
    -
    Le suffixe "-ul-" signifie "individu" (riĉa = riche -> riĉulo = individu riche)
    Voĉdonu "NE" je la leĝo pri imposta senkulpigo !
    Voter "NON" à la loi d'amnistie fiscale !
    - "Voĉdoni" est un mot composé de "voĉo" = voix et "doni" = donner -> voter.
    - La terminaison "-u" marque les verbes au volitif. Sans pronom, il s'agit clairement du sens impératif.

    - La préposition "je" n'a pas de sens défini. Elle est utilisée lorsque les autres ne conviennent pas (pas de sens temporal, spatial, causal,...)
    - La préposition "pri" (au sujet de...) est très largement utilisée.

    Entre les deux premières leçons, vous aurez appris:
    - Beaucoup de préfixes et suffixes importants (mal-, -ej-, -eg-, -aĵ-,
    -an-,-ist-, -ig-, -em-, -ul-)AmnistieNON.jpg
    - La conjugaison de tous les verbes à l'infinitif (-i), au présent (-as), au passé (-is), au conditionnel (-us) et au volitif (-u)
    - Plusieurs interrogatifs (kiom, kial, kia et ĉu)
    - Comment former tous les noms (-o), tous les adjectifs (-a), tous les adverbes (-e).
    - Comment mettre tous les mots au pluriel (-j) et/ou à l'accusatif (-n)

    - Plusieurs prépositions (en, pro, sen, da, por, je, pri)

    Bref, vous maîtrisez déjà une bonne part de la grammaire de l'espéranto. Il reste maintenant à retravailler tout cela, à le compléter et, surtout, à apprendre du vocabulaire.

    Vous avez également saisi les nuances que la langue permet, nuances parfois impossibles à rendre en français (ĝeneva ≠ ĝenevano traduits tous deux en "genevois", "fripono" = tricheur (celui qui triche) "friponemulo" = tricheur (celui qui a tendance à tricher) !)

    Vocabulaire
    La plupart des racines sont d'origine latine ou germanique. Il est donc relativement facile de comprendre le vocabulaire. Cela peut-être traître, car, dès lors que l'on s'exprime, il faut utiliser le mot correct. L'apprentissage du vocabulaire est donc incontournable...

    pagi payer
    kelkaj
    quelques (-uns)
    kulpa
    coupable
    fripono
    tricheur
    mono
    argent
    ŝteli
    voler
    kuraĝo
    courage
    oni
    on
    voli
    vouloir
    devi
    devoir
    leĝo loi aparta
    particulier
    riĉa
    riche
    voĉo
    voix
    imposto
    impôts


    En espérant que ces quelques phrases vous auront donné envie d'en savoir plus... A bientôt ! Ĝis baldaŭ !