UA-74655322-1

14/12/2011

Fenêtre n°14: Jouons à saute-frontière !

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


Ma fascination pour la frontière puise dans l'arbitraire qui lui est consubstantiel. La frontière naturelle étant un mythe, il faut s'accommoder du fait que, pour faciliter la gestion d'un territoire, il faille le découper, le moins idiotement possible. Las, lorsqu'on examine de près le tracé de la plupart des frontières, on y découvre un palimpseste tenant plus des aléas politiques, militaires et généalogiques que de la clairvoyance de population occupant la région concernée.

Le canton de Genève est à ce titre une sorte de nirvana du chasseur de frontières étranges. Rarement sur les cours d'eau (et même à un endroit longeant une rive plutôt que le centre du lit), jamais sur les crêtes, parfois au beau milieu d'une agglomération ou d'une vigne, ses frontières permettent une découverte insolite de notre canton.
Frontiere.jpg

Stéphane Bodénès a publié en 2001, Promenades sur la frontière franco-genevevoise (Slatkine). Il alterne des chapitres décrivant le tracé de la frontière (parfois loin en dehors des sentiers battus!) avec des passages rassemblant la somme de ses érudites recherches sur les bornes et autres signes de démarcation.

J'ai parcouru à pied (ou lorsque c'est possible) l'intégralité de la frontière entre Monniaz et le CERN. Mes passages préférés ?


- Les raides escaliers des bois de Chancy, où l'on retrouve, prisonniers des troncs, les barbelés rouillés, posés là par les occupants italiens de la Savoie en 1940 qui nous rappellent l'inhumanité historique de certaines frontières infranchissa
bles. 
- La route Fernand David, à Ville-la-Grand, où le seul accès aux maisons suisses du côté nord de la rue, se trouve sur territoire français.
- La frontière entre Challex et Dardagny, au beau milieu d'un vignoble, avec des points de vue superbes sur tout l'ouest du canton, les Alpes et le Jura.

07/12/2011

Fenêtre n°7: Yves Cochet

Au cours du mois de décembre, je propose une sorte de calendrier de l'Avent laïc. Chaque jour, une proposition de lecture, censée constituer une fenêtre ouverte sur le monde. Je vais essayer de répartir ces fenêtres sur le plus de façades, de sorte que les points de vue et les panoramas couverts soient aussi variés que possible. Plus d'informations sur cette démarche dans ma note du 1er décembre.


Dans un monde de l'écologie tiraillé entre les arrivistes, prêts à renoncer à leurs valeurs pour accéder au pouvoir et les ultras, qui peinent à accepter le dialogue avec ceux qui ne partagent pas exactement leurs points de vue, on trouve quantité de femmes et d'homm
Cochet.jpges mesurés et de bonne volonté.


Yves Cochet
a été élu à plusie
urs reprises - il est actuellement député à l'Assemblée Nationale - et a manqué de peu d'être investi par les Verts pour l'élection présidentielle de 2007.

Malgré cela, il a toujours tenu un discours clair et argumenté, à mille lieues des lénifiantes inepties d'un Daniel Cohn-Bendit ou d'un Nicolas Hulot. Pas d'appel du pied électoraliste, pas de compromission avec les multinationales les plus polluantes, mais un regard scientifique et acéré sur notre société.

J'aurais pu vous proposer Pétrole apocalypse, je préfère l'Antimanuel d'écologie (Bréal, 2009). Richement illustré et émaillé de longs extraits de textes fondateurs de sa pensée, Yves Cochet nous fait parcourir avec compétence et un grand talent de vulgarisation les différentes facettes de la question écologique (La matière et la vie - Les humains - La politique).

07:15 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecologie, france, yves cochet |  Facebook | |