UA-74655322-1

01/01/2013

Un voeu pour 2013: Une "Alterliste" de 100 noms aux élections cantonales !

Genève, Grand Conseil, Alterliste, politique, gauche, associations

Au-delà des voeux personnels et consensuels que je me réjouis de présenter aux lectrices et lecteurs de ce blog, il est une idée que j'estime opportune de développer au moment où chacun vient de prendre de bonnes résolutions pour la nouvelle année.

Mes considérations étant relativement longues et touffues, je me permets de débuter par la conclusion, étant certain que nombre de lectrices et lecteurs seront heureux de commencer par la fin pour, éventuellement, lire ensuite le début...

 

Conclusion

Donc, pour éviter les catastrophes électorales de 2009 et 2005, tout en garantissant une légitimité populaire forte à une liste alternative à la gauche institutionnelle, une solution que j'imagine simple et réaliste serait de créer une "Alterliste" qui ne fédérerait pas des partis ou des associations, mais des individus aussi nombreux que possible (les listes peuvent présenter 100 noms !) qui s'entendent sur deux points:

- un programme commun simple et concis

- la garantie que chaque élu-e de la liste bénéficiera d'une liberté absolue de parole et de position dans le cadre de ses fonctions de député-e, dans la mesure où il-elle respecte les principes énoncés dans le programme.

Si par extraordinaire un nombre suffisant de militant-e-s, membres ou non de partis politiques ou  d'associations, se révélait prêt-e-s à lancer ce projet, je m'y associerais volontiers, sans d'ailleurs nécessairement faire acte de candidature. Je reçois volontiers vos messages et co-organiserai avec plaisir une éventuelle première réunion, tout en refusant tout statut particulier, conformément aux principes énoncés dans le texte ci-dessous.

Lire la suite

04/10/2012

Constitution: La gauche s'écharpe, la droite compte les coups...

Comme la plupart de mes concitoyen-ne-s, je n'ai pas d'a priori face au projet de Constitution et comme certains d'entre eux, je cherche à me forger un avis par la découverte du texte lui-même (reçu aujourd'hui seulement - heureusement qu'Internet existe !) et par les avis opposés exprimés par ceux qui débattent publiquement...

Et là, je suis doublement troublé par l'effacement quasi-total d'une droite pourtant majoritaire dans l'assemblée constituante, dont le rôle principal semble de compter de façon goguenarde les coups bas échangés par les deux camps que le texte a créés au sein de la gauche.

Certes, la division de camarades objectivement proches servant une droite unie au-delà des fossés idéologiques qui la traversent n'est pas une nouveauté. Qu'on se rappelle le vote sur les Cherpines, celui du budget 2012 ou celui de la Loi sur l'énergie, la droite a trop souvent profité de ces divisions. Ce qui frappe aujourd'hui c'est la capacité de la gauche à se saborder toute seule, sans aide de la droite.

Qu'on se comprenneconstitution,genève,droite,gauche, ce n'est évidemment pas le débat qui pose problème, c'est bien la façon de débattre. Quand on a d'un côté des outrances interprétatives (La chasse, l'armée, le nucléaire reviennent !) et de l'autre des tentatives honteuses d'interdire de parole des voix minoritaires ou des raccourcis à la limite de l'acceptable (Si vous aimez (*biffez les mentions inutiles) *les homosexuels/*les artistes/*les handicapés/*les sportifs/*les vieux/*les jeunes, votez le texte !), on entre dans un dialogue de sourds dont l'intensité augmente en fonction de la surdité du partenaire pour dégénérer en une cacophonie inaudible.

Aucune disposition à la nuance, aucune acceptation d'un argument adverse chez des débatteurs convaincus a priori de leur choix et manifestement prêts à user de tout artifice rhétorique pour justifier leur position. Exactement l'inverse de ce que l'électeur en mal d'éclairage attend...

Quel que soit le résultat, la gauche sortira de l'exercice affaiblie, par sa propre faute, et ce sera la principale victoire de la droite. Quel que soit le résultat, il faudra, en prévision des élections de 2013, imaginer des solutions qui permettront à la gauche d'éviter de laisser filer les sièges bêtement perdus au cours des deux dernières élections au Grand Conseil. Car, j'en suis de plus en plus persuadé, ce n'est pas dans le texte constitutionnel que se situent les principaux enjeux politiques de notre république, mais bien dans les décisions que prendront nos autorités au cours des prochaines législatures.

Heureusement, de ce maëlstrom émerge le remarquable travail de la FAGE, qui a épluché pour vous le projet de texte et l'a mis en regard du texte actuel. Remarquable également, le dossier du Courrier qui fait le tour des points de divergences du texte.

Quant à moi, ma position est désormais arrêtée, et je l'argumenterai de la façon la plus nuancée possible dans un prochain billet.