UA-74655322-1

26/02/2012

Qui casse paie ?

Quelques suggestions de sanctions pour les acteurs du drame burlesque de vendredi:

Affiche manifs stauffer.png

Eric STAUFFER: 100'000.- d'amende et 5 ans d'interdiction de se manifester, pour avoir unilatéralement aspergé son adversaire et ses voisins, geste indigne d'un député. On se doute bien que le duce d'Onex organisant son insolvabilité, seule la seconde partie de la sanction sera appliquée, ce qui satisfera d'ailleurs la majorité des citoyen-ne-s genevois-es.

Pierre WEISS: 100'000.- d'amende et 5 ans d'interdiction de se manifester, pour avoir unilatéralement provoqué le cerveau reptilien de son adversaire dans le seul but de le faire disjoncter.

Pierre LOSIO: 100'000.- d'amende et 5 ans d'interdiction d'organiser quoi que ce soit, pour avoir convoqué la manifestation incriminée sans avoir prévu un service d'ordre proportionné au potentiel de violence qu'il aurait dû imaginer qu'elle générerait.

Affiche manifs weiss.png
Ces quelques exemples pour mettre en évidence la disproportion des mesures proposées par la loi anti-manifs mise aux voix le 11 mars, loi que soutiennent pourtant les deux belligérants de vendredi et loi qui, comme on le voit, pourrait punir sévèrement un organisateur, même sans aucune faute de sa part !

Faut-il s'étonner que, depuis quelques temps, les seules manifestations de violence politique viennent des rangs du PLR et du MCG ? Faut-il leur rappeler que, dans ces circonstances, militer pour une répression disproportionnée est soit ridicule soit terrifiant ? Doit-on comprendre en effet que ces gens-là s'estiment au-dessus des lois et que leur loi anti-manifs ne saurait s'appliquer qu'aux gauchistes chevelus ?

N''oublions pas de voter NON le 11 mars prochain à la loi anti-manifs !

 

Affiche manifs.png