UA-74655322-1

01/04/2017

Tarifs des TPG - bientôt easyBus ?

"Au DETA, on a toujour un coût d'avence !" L'oeil pétillant  de notre ministre des transports s'illumine, lorsqu'on évoque la votation du 21 mai prochain et sa probable troisième défaite d'affilée en matière de tarifs TPG...

Cela fait en effet plusieurs semaines que les économistes du département planchent sur une solution de tarification équitable et rémunératrice, en cas de refus populaire. Leur réflexion a été guidée par un constat fait par tous: C'est lorsqu'il y a le plus de trafic que les usagers des TPG sont les plus nombreux à se déplacer.

Cela génère d'inévitables ralentissements, les horaires ne sont plus tenus et la situation s'aggrave à chaque diminution de la cadence, au point que la fluidité du trafic des motos circulant sur les voies de bus s'en trouve affectée.

easytpg.pngLa solution proposée s'inspire d'un modèle économique plusieurs fois éprouvé. Il s'agit simplement de moduler les tarifs en fonction de la fréquentation.

Et, comme souvent au DETA, les choses ne traînent pas. Le bon sens est un outil qui permet de se dispenser de toute analyse inutile et c'est donc dès aujourd'hui qu'il est possible d'acheter des billets à prix modulable sur le site des TPG et les applications mobiles.

Sans surprise, comme nous l'avons testé pour vous, vous payerez bien moins cher si vous utilisez les lignes périphériques aux heures creuses. Nous avons même pu obtenir un billet à quelques centimes pour parcourir la ligne 43 à 7h00.

En revanche, vous seriez mal inspirés si vous vouliez traverser le centre-ville aux heures d'affluence. De fait, la marche à pied ou même le taxi pourraient s'avérer plus intéressant, puisque le prix des billets pourra approcher les 20.-

Ce système coexistera avec les billets ordinaires jusqu'au 21 mai, puis le remplacera, en cas de refus populaire de la proposition de hausse des tarifs. Il ne s'agira formellement pas d'une hausse, puisque le prix moyen des billets proposés ne dépassera pas les valeurs fixées dans la loi actuelle.

On se souvient que les TPG avaient voulu imiter les réseaux de métro des plus grandes villes lorsqu'ils aeasytpg2.pngvaient réorganisé leurs trams en 2011. Une nouvelle étape est franchie, puisque c'est désormais, ce sont les compagnies aériennes qui sont utilisées comme référence.

Et le DETA ne compte pas s'arrêter là, dès le 1er avril 2018, les bagages de plus de 8 kg devront être enregistrés la veille et les passagers seront invités à passer un rapide contrôle de sécurité a

 

vant d'embarquer dans les véhicules.

 

 

 

 

 

 

02/11/2016

Bientôt une ligne aérienne entre Cointrin et Annemasse ?

Aujourd'hui, pour la première fois, un avion de ligne a effectué la liaison entre Altenrhein (Saint-Gall) et Friedrichshafen (Allemagne), deux bourgades distantes d'une vingtaine de kilomètres.

Cette ligne paraît au premier abord complètement absurde. En effet, compte tenu du temps nécessaire pour les formalités aéroportuaire, il est bien plus rapide de parcourir le trajet en voiture ou en train.

Cette nouvelle est en fait assez révélaCapture du 2016-11-02 14-01-41.pngtrice de l'écart gigantesque entre les intentions affichées par les autorités et leurs décisions effectives :

- La compagnie en question semble trouver terriblement fun de communiquer sur sa nouvelle ligne, la plus courte du monde et compte bien engranger des clients sur cet absurde argument. La plupart des politiciens agissant exactement de la même manière, ils ne sauraient lui en tenir grief.

- L'Office fédéral de l'aviation civile n'a aucune compétence de décision, lorsqu'il s'agit de déterminer l'utilité sociale, économique et écologique d'une ligne aérienne. Il doit juste s'assurer que les conditions de sécurité sont remplies. De fait, aucun organisme ne semble pouvoir empêcher une compagnie de proposer des prestations dépourvues de sens...

- Les aéroports, loin de remplir leur mission de service public sont devenus des acteurs économiques dont le seul but est de faire augmenter le trafic et les recettes. Il est piquant de constater que la compagnie en question, toute autrichienne qu'elle soit, est un fait une création de l'aéroport d'Altenrhein, dans son rêve dément de tailler des croupières à Kloten. Il est en ce sens important de signer l'initiative en faveur d'un pilotage démocratique de Cointrin.

- Les efforts de diminution des émissions de CO2 sont sabrés en permanence par les compagnies aériennes qui, en tant qu'acteurs internationaux, ne sont pas soumises aux quotas... mais dont la pollution affecte pourtant bien le climat. Rappelons au passage que, sur les vols internationaux, le kérosène n'est pas taxé, ce qui constitue une scandaleuse distorsion de concurrence avec les autres moyens de transport. Rappelons également que c'est surtout le décollage qui consomme énormément de kérosène et que, dans le cas de notre vol, chaque passager gaspille entre 10 et 20 litres de kérosène... pour parcourir 20 kilomètres !

Alors que faire ? On entrevoit deux solutions:

- Proposer le lancement d'une ligne Annemasse-Cointrin, qui permettrait aux pendulaires fortunés d'éviter les embouteillages et de devancer le CEVA. Vu l'ambiance générale, il y a fort à parier que ce serait un succès commercial !

- Exiger de nos autorités qu'elles accordent enfin leur discours et leurs actes. Pour ce faire, on peut commencer par signer l'initiative sur le pilotage de Cointrin et voter OUI à l'initiative sur la sortie programmée du nucléaire.

17/10/2016

TPG et Champagne: la douche froide

bus TPG, Avusy, Champagne, brouillard, TPG

AVANT DE LIRE CE TEXTE: Aux dernières nouvelles, le problème semble réglé. Il s'agit apparemment d'une erreur de communication des TPG. Cela étant, Luc Barthassat lui-même a confirmé vendredi qu'il ne valait pas la peine d'améliorer la desserte de la Champagne, vu la faible demande. Il m'est donc impossible de savoir ce qu'il s'est passé entre vendredi matin et lundi après-midi.

La Champagne, quart sud-ouest du canton, avait de bonnes raisons de se réjouir des futures améliorations du réseau TPG. En effet, vivant dans une sorte de trou noir des transports publics, les usagers du bus, la plupart étudiants ou retraités, pouvaient raisonnablement penser qu'un jour, la gare Cornavin, distante de moins de 15 kilomètres, pourrait peut-être être atteinte en moins d'une heure.

Une nouvelle ligne devait voir le jour, qui permettrait de raccourcir - un peu - le trajet des 3'500 habitants de Chancy, Avully et Avusy. Les autorités communales assuraient que tout était réglé, y compris les derniers détails techniques (notamment la boucle permettant à la nouvelle ligne L de rebrousser chemin à Athenaz).

Dans le même temps, le DETA annonçait vouloir fermer les douanes entre la Champagne et la Haute-Savoie, aux heures de pointe. La mesure semblait excessive, mais pouvait au moins être interprétée comme un accompagnement de l'amélioration de l'offre des TPG, dans le but de limiter réellement le trafic automobile.

Dans le même temps, la population votait une limitation des déductions fiscales pour déplacements professionnels, à hauteur de l'abonnement TPG. Et on se disait que, en bonne logique, l'Etat allait proposer à ses contribuables des solutions de transports publics efficaces, même pour les résidents du Far West genevois.

Vendredi dernier, jour de publication du nouveau réseau, aurait dû être un jour de fête en Champagne. Las, les usagers des TPG (et ceux qui envisagent depuis longtemps de le devenir quand l'offre sera améliorée) sont tombés des nues. Sur les 19 pages présentant les nombreuses nouveautés du réseau, aucune ne concerne la Champagne, alors que dans le même temps, la rive gauche, tout aussi périurbaine et à l'habitat nettement moins dense, se voit gratifiée de 3 lignes express...

Contactées, les autorités d'Avusy semblent ne pas même avoir été mises au courant par les TPG et le DETA du renoncement à la nouvelle ligne Avusy-Cartigny-Bernex.

Que s'est-il passé? Le lobbyisme n'a-t-il pas été assez intensif ? Les communes de Chancy et Avully votent-elles trop à gauche (ce qui n'est d'ailleurs pas le cas d'Avusy) pour mériter que l'on s'intéresse à elle ? Faut-il avoir des députés PLR résidents sur sa commune pour que les TPG s'intéressent à elle ?

En attendant des explications, il serait bon que la société civile des communes concernées réagisse rapidement. Je collabore volontiers sur un projet de pétition (ou d'autre action). Les intéressé-e-s peuvent me contacter dès maintenant.

21/06/2016

Les cyclistes, les piétons et les amendes

Imaginez une rue, belle, large, fréquentée. Empruntée chaque jour par des milliers d'automobilistes, de cyclistes et de piétons. Sans compter les transports publics...

Imaginez maintenant que, conséquence heureuse d'une politique visant à limiter la voiture dans l'environnement urbain, le nombre de piétons et de cyclistes soit en constante augmentation, au point de se mettre en danger mutuellement...

Ailleurs, on aurait tracé une piste ou une bande cyclable, quitte à empiétPiste cyclable, Gérone, Girona, bicier légèrement sur l'immense royaume bitumé des bagnoles. On aurait même envisagé d'instaurer des sens uniques pour gagner de l'espace de voirie pour la mobilité douce, comme on le voit désormais partout, de l'Espagne à l'Estonie.

A Genève, on a inventé la "zone mixte". En profitant d'une modification de 1998 de l'Ordonnance sur la Signalisation Routière qui rendait possible la circulation des cycles sur les "trottoirs peu fréquentés" (sic !), on a parsemé la ville de ces autorisations, partout où la peur de rétrécir l'espace dévolu aux voitures rendait paresseux.

Depuis, sur des axes aussi fréquentés que la route de Chancy à Onex, les Grandes-Communes à Lancy, mais également entre Uni-Mail et le pont des Acacias* ou devant l'hôpital (quand les travaux ne repoussent pas simplement les cyclistes sur la route), les milliers de cyclistes et de piétons quotidiens se partagent une très étroite bande commune.

Jusqu'à présent, cette politique se ne faisait que générer conflits et malentendus entre usagers qui, prompts à s'ériger les uns contre les autres, ne percevaient pas que, s'il devaient se partager une si petite portion d'espace, c'était dû à la gourmandises des motorisés.

Désormais, soutenues par une certaine vox populi avide d'inflexibilité envers les plus fragiles, les autorités semblent distribuer des amendes extravagantes à ceux qui pâtissent de ces aberrations d'aménagement. L'autre jour, on apprenait qu'un respectable pendulaire à pédales était invité à payer plus de 1000.- d'amende pour avoir tenté de s'extirper du bouchon automobile du quai du Mont-Blanc. Aujourd'hui, c'est une retraitée qui, non contente d'avoir fini à l'hôpital, victime de ces fameuses "zones mixtes", se voit infliger plus de 2500.- d'amende, sans n'avoir blessé personne d'autre qu'elle même !

Cette application ridicule du droit à des situation où l'aménagement est complètement défaillant devrait nous faire sourire. C'est omettre, qu'en plus des montants réclamés, elle révèle que l'incurie des autorités en matière d'aménagements cyclables et piétons, met en danger quotidiennement l'intégrité de centaines d'usagers respectueux...

---

* La situation à Uni-Mail, bien que très insatisfaisante compte tenu de l'étroitesse du trottoir à se partager n'est toutefois pas celle d'une "zone mixte", puisqu'une bande cyclable y est tracée. Cependant, vu la fréquentation de ce trottoir et l'étroitesse de l'espace dévolu aux piétons, en particulier ceux qui sortent des commerces, la situation est de facto la même.

10:10 Publié dans Transports | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

19/11/2014

TPG: Le retraité et les fossoyeurs

La nuit passée, il a réglé son réveil sur 2h30, il s'est levé. Comme à l'époque. Il a pris son vélo et s'est engouffré dans le froid humide de la nuit, pour aller au dépôt. Comme à l'époque. Il est retraité, il est allé rejoindre ses anciens collègues, il fait la grève.

Ils sont des dizaines, ces retraités grévistes. Ils démontrent une fois de plus l'exceptionnel attachement des cheminots à leur entreprise, ici comme ailleurs. S'ils sont venus, c'est parce qu'ils aiment les TPG, qu'ils sont fiers d'y avoir travaillé et qu'ils craignent pour l'avenir des transports publics à Genève.

Car les fossoyeurs sont là. Prenant prétexte d'un vote sur un texte mal conçu, ils se précipitent pour découper morceau par morceau ce service public essentiel à notre canton. A coups de sous-traitance, à coups de réductions budgétaires, à coups de licenciements.

Les fossoyeurs attisent la vindicte, parlent sans vergogne ni originalité de "prise d'otages" - quelle honte lorsque l'on connaît le sort de quelques vrais otages ! - , menacent les grévistes ou les invectivent, monopolisent les réseaux sociaux sous des identités d'emprunt.

Ils gesticulent sans grand effet. La journée a été joyeuse, les Genevois ont redécouvert leur ville autrement, à pied, à vélo. La plupart ont compris que c'est par amour de leur entreprise que les grévistes se sont mobilisés. Ils en discutent paisiblement.

Sur les piquets de grève, l'ambiance est conviviale. A 11 heures, petit coup de barre, notre retraité rentre pour une sieste. L'histoire des transports publics est jonchée de luttes et de héros. Il en a écrit une nouvelle page aujourd'hui. Chapeau!

16/09/2014

Les jeunes, ne restez pas en rade !

Le sondage du jour de la Tribune a beau souffrir d'importantes lacunes scientifiques, il n'en est pas moins inquiétant. Il laisse en effet à penser que l'ahurissante initiative de l'UDC aurait des chances de succès le 28 septembre prochain. Comme l'explique fort bien Marc Bretton, le panel de votants de la Tribune est plus représentatif que le corps électoral dans son entier pour la simple raison que les jeunes votent moins que leurs aînés, comme le montre le graphique ci-dessous, basé sur les votations 2013.

tableau-participation-2013.jpgAutrement dit, vous, les jeunes, qui, par choix ou par obligation, circulez à pied, à vélo ou en tram, vous vous apprêtez à offrir une infrastructure d'un autre âge à des votants dont l'espérance de vie est parfois inférieure au délai de réalisation du tunnel en question.

Tout cela par refus de participer au scrutin.

Au vu du niveau du débat, au vu de la mauvaise volonté à mettre en œuvre les décisions populaires, on peut comprendre le désintérêt de certain-e-s d'entre vous.

Mais là, on a affaire à du concret. On a affaire à des gens qui croient encore qu'il est possible et souhaitable de circuler partout et à toute heure en voiture. On a affaire à des lobbys qui, par leur propagande hors de prix, rêvent de puiser pendant des décennies dans vos impôts pour remplir les poches des bétonneurs. On a affaire à des vieillards qui prétendent que la Perle du Lac ou le Parc des Eaux-Vives, ce n'est pas le centre-ville...

C'est vous qui ferez la différence. C'est grâce à votre vote que vous pourrez investir ce milliard dans vos instituts de formation, dans les écoles de vos futurs enfants, dans le développement des transports publics, bref dans une Genève ouverte, saine et agréable à vivre.

Refusons d'endetter les générations du futur pour un projet du passé. Votons NON à la traversée de la rade !

22/08/2014

Combien coûterait le péage du tunnel sous la rade ?

8 francs, c'est ce que chaque voiture devrait payer pour passer dans le tunnel prévu par l'UDC, s'il devait être accepté le 28 septembre. Le montant vous semble énorme ? Il est pourtant le résultat d'un calcul simple ne prenant en compte que des données avancées par les promoteurs du projet ou les comptages et évaluations de l'État.

- Pourquoi un péage ? Comme souvent lorsque l'extrême-droite et la droite proposent des projets pharaonique, elle botte en touche la question du financement avec trois letToll plaza.jpgtres: PPP. Le partenariat public-privé, si on les prend au mot, est un modèle où le secteur privé investit en lieu et place des pouvoirs publics et obtient un retour sur investissement au cours des ans. C'est le modèle des autoroutes françaises (qui, d'ailleurs, sont le théâtre d'abus manifestes des entreprises concessionnaires).

- Le calcul du prix du péage est donc une simple division des coûts annuels engendrés par l'ouvrage par le nombre de véhicules y transitant.


A nos calculettes:

- Pour calculer le nombre de véhicules, prenons au mot les promoteurs du projet qui affirment la bouche en cœur qu'il ne s'agit pas d'un aspirateur à voitures et que le trafic au centre-ville n'augmentera pas. Soit... Prenons donc les 67'000 véhicules passant quotidiennement le pont du Mt-Blanc, répartissons-les et considérons généreusement que la moitié prendrait le tunnel à péage situé à quelques centaines de mètres du pont. L'hypothèse est certes audacieuse, surtout pour les nombreuses périodes où le trafic n'est pas saturé. Donc 33'500, soit environ 12 millions de passages annuels.

- Le calcul des coûts est également assez simple. Le milliard qu'il faudra investir (Il s'agit de l'estimation de l'État, celle des opposants étant plus élevée...) devra être amorti. Sur 50 ans, cela fait 20 millions par année. En plus de cela, des intérêts devront être versé sur cette somme. A 3,5% (c'est le taux moyen des emprunts genevois), cela fait 35 millions par année. N'oublions pas les frais d'exploitation (entretien, sécurité,...). Pour un tunnel, ils sont malheureusement très élevé, en particulier lorsqu'il se trouve sous l'eau. Retenons la valeur de 20 millions (même si certains opposants estiment également ce chiffre trop bas...). Ajoutons encore le retour sur investissement que l'entrepreneur privé est en droit d'attendre: mettons 20 millions, ce qui représente un petit 2%, valeur que bien des investisseurs jugeraient trop faible... Tout cela additionné, on arrive à 95 millions par année.

- Dès lors, il suffit d'effectuer la division pour arriver au résultat de presque 8 francs.

 

CodeCogsEqn(7).gif

 

Certes, ce calcul peut être contesté de diverses manières:


On peut contester les valeurs retenues. Mais il est difficile, en restant objectifs de les réévaluer toutes dans le même sens. S'il est possible que l'une ou l'autre soit surévaluée, il est également probable que d'autres soient sous-évaluées.

On peut aussi contester le fait que le principe du péage n'est pas inscrit dans le texte. C'est tout à fait vrai. Le résultat n'en demeure pas moins pareil. Il faudra de toute façon que quelqu'un paie environ 8 francs par véhicule passant dans le tunnel. Si ce n'est pas le conducteur, ce sera vous. Que préférez-vous ?

19/08/2014

Cher TCS...

Cher TCS,

C'était le siècle passé. Je venais avec mes parents chercher, à la rue Pierre-Fatio, des bons d'essence italiens ou des billets de ferries grecs, la carte des stations servant du sans plomb en Tchécoslovaquie. À l'époque, tu t'occupais de toutes les mobilités, dans une perspective de loisirs et de culture, de randonnées à vélo comme de tourisme automobile. C'était le siècle passé.

Aujourd'hui, de ta tour d'ivoire de Blandonnet, tu gaspilles l'argent de tes adhérents en tous-ménages colorés m'invitant à devenir membre ou, pire encore, à soutenir l'UDC dans son projet de traversée de la rade urbaine. Tu prétends qu'il vaut la peine de gaspiller 1 milliard de nos impôts pour créer encore plus de bouchons, alors que ton allié dans ce misérable combat lutte bec et ongle contre toute dépense d'argent public qui permettrait de diminuer les effectifs des classes, de lutter contre la hausse des loyers ou d'améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes. 1 milliard pour un projet dont le texte précise qu'il doit être "affecté au seul transport motorisé privé", à l'exclusion donc des TPG et des mobilités douces.IMG_20140819_223823.jpg

Et pour ce faire, tu as l'outrecuidance d'illustrer ta doc avec des photos d'enfants, ces mêmes enfants que ton allié maintient dans des bâtiments scolaires délabrés qu'il rêverait surpeuplés. Ces mêmes enfants, piétons ou cyclistes, que ton allié livre sans vergogne aux dangers de la circulation, en refusant systématiquement le financement des infrastructures nécessaires à leur sécurité.

Faut-il comprendre que tes tous-ménages hors de prix sont le reflet de ta promotion du gaspillage d'argent et de ressources ?

Je préférerais qu'ils soient le symptôme de ta lutte désespérée pour trouver de nouveaux adhérents, suite aux démissions massives de citoyen-ne-s écoeuré-e-s par tes prises de position...